Festival International du Film d'Amiens 2016
Contact
Newsletter
Partenaires - liens

Le Festival international du film d’Amiens a très tôt défendu le cinéma d’animation. Depuis quelques années, il explore plus particulièrement la création européenne, dont la culture en la matière n’a rien à envier aux productions américaines ou japonaises (notamment à travers la longue tradition des pays baltes ou, plus généralement, de l’Europe de l’Est).

L’effondrement du communisme et la fin de la guerre en ex-Yougoslavie ont permis au cinéma d’animation de s’étendre en Europe de l’Est et en Russie durant les dernières décennies du XXème siècle et le début du XXIème siècle. Mais avec l’effondrement du communisme les fonds d’aide aux créations ont cessé, entraînant ainsi le départ de nombreux artistes. Des pays comme la Pologne, la Hongrie, l’Estonie, la Bulgarie ou la Croatie tentent ainsi de reconquérir leur identité – celle-ci passant le plus souvent par le court métrage. De même, la Russie post-soviétique éprouve bien des problèmes pour financer la production de films d’animation. Néanmoins, dans tous ces pays, de jeunes créateurs commencent à pointer le bout de leur nez – donnant une seconde jeunesse au cinéma d’animation.

Après le regard porté sur le studio d’animation estonien NUKUFILM l’an dernier, le 32ème Festival international du film d’Amiens rend hommage, dans le cadre de la rétrospective « Voyage à travers le cinéma croate », à L’ECOLE DE ZAGREB. Le Festival réaffirme ainsi son désir de voir le cinéma d’animation européen mis à l’honneur, mais ne s’arrête pas là.

Dès 2008, le Festival d’Amiens a lancé un vaste chantier, proposant un panorama de tous les cinémas d’animation européens (avec un regard plus spécifique sur les pays à faible capacité de production). Pour sa 32ème édition, le Festival continue de renouveler et d’enrichir ce panorama, et propose un programme entièrement consacré au cinéma d’animation slovaque : La Slovaquie s’anime (1966-1988) qui retrace en 16 courts métrages l’histoire du cinéma d’animation slovaque, depuis les travaux de son fondateur Viktor Kubal.

Loin de n’être destinés qu’aux enfants, ces programmes, présentés thématiquement, s’adressent à tous. Ils démontrent l’invention ludique, la vitalité bienheureuse et le talent protéiforme du cinéma d’animation en Europe. Travaillant divers supports (de la pâte à modeler à la gouache en passant pas la 3D ou le crayon), les réalisateurs s’affirment, année après année, comme des auteurs à part entière.

Bien que, dans certains pays, le cinéma d’animation affiche sa bonne santé, il ne faut pas négliger les difficultés – d’économie ou de distribution – qui frappent souvent la création. Là encore, le Festival d’Amiens entend non seulement défendre cette création, mais encore lui donner une visibilité accrue.

home
Cinémas d’animation européens