Festival International du Film d'Amiens 2016
Contact
Newsletter
Partenaires - liens

Deux des « local heroes » de la ville, le réalisateur Blake Edwards et l’actrice Jennifer Jones.

- 

De manière générale, les Américains aiment bien l’idée de « local hero », des personnalités qui se font un nom en dehors de leur ville d’origine, et qui y sont ensuite célébrées en tant qu’ambassadeurs. Il y a certes quelque chose d’artificiel dans ce rapport aux enfants prodigues, mais il est toujours intéressant de savoir d’où les gens viennent et pourquoi ils ont décidé de partir. Il est clair que l’Oklahoma aime les musées (financés pour la majorité par des mécènes privés). Ainsi, on en trouve un très beau dédié à la mémoire de Will Rogers et un autre consacré à Woody Guthrie vient de s’élever à Tulsa. Les noms d’autres gloires locales apparaissent sur le mini « Walk of Fame » du Circle Cinema de Tulsa (le plus bel endroit cinéphile de la ville, où quelques scènes d’Outsiders ont été tournées), tels ceux de Lon Chaney, de Joan Crawford ou de… Chuck Norris. Et elles sont nombreuses, les célébrités nées ou passées par l’Oklahoma, de Gene Autry à Brad Pitt, en passant par Ron Howard, Gary Busey, Bill Hader, Jeanne Tripplehorn, James Garner, Clarence Nash (la voix de Donald Duck). Notons que Terrence Malick a grandi en Oklahoma, et qu’il s’est très certainement nourri de cette lumière pour ses films. Et si Larry Clark est pour nous l’un des natifs de Tulsa les plus célèbres, on ne peut pas dire que son « image » soit celle que l’on désire vendre au monde entier. Nous avons donc choisi deux de ces gloires locales, nées à Tulsa : le réalisateur Blake Edwards, maître de la comédie sophistiquée, dont Diamants sur canapé est très certainement l’un des plus beaux films (et l’une des sources vives de la comédie romantique). Et l’actrice Jennifer Jones, dont la présence animale, la volupté revêche, doivent bien avoir gardé quelque chose des terres où elle a vu le jour.

home
Ils sont nés à Tulsa