Festival International du Film d'Amiens 2016
Contact
Newsletter
Partners - links

L’an passé, le FIFAM mettait en place un nouveau dispositif, sous le terme à la fois précieux et éloquent d’« ouvroir ». L’ouvroir, c’est le lieu de l’ouvrier, de l’ouvrage, de l’œuvre. C’est l’atelier où l’on se réunit pour travailler ensemble. Ainsi, chaque année, des artistes renommés viennent échanger sur le cinéma passé et à venir, en nous dévoilant les coulisses de leur art et les chemins de traverse de leur cinéphilie. En 2014, le grand Jean-Claude Brisseau parrainait cette toute nouvelle section (nous livrant une magistrale leçon de cinéma, trois heures durant et images à l’appui, sur la mise en scène du suspense chez Hitchcock).

Cette année, l’ouvroir n’accueille pas un, mais deux réalisateurs : Bruno Podalydès et Pierre Salvadori. Depuis une bonne vingtaine d’années, ces deux-là font les beaux jours du cinéma français, et s’illustrent plus particulièrement dans l’art si difficile de la comédie. Mais la comédie est tout autant balzacienne que chaplinesque, et ne se réduit jamais aux potacheries fermentées et dûment facturées de stars sans lendemain. Il est assez précieux de compter deux cinéastes de la même génération qui ont su creuser un sillon personnel dans le paysage encombré du cinéma français. Les deux aiment les situations et les personnages, et ça se voit. Ils aiment les acteurs, et ça se voit (à ce titre, Bruno Podalydès est lui-même acteur, et à plein temps dans Comme un avion ; Pierre Salvadori a débuté par le one-man-show). Chacun fait montre, mais jamais la démonstration, d’une sensibilité clairvoyante, poétique et burlesque (ils font partie d’une famille où l’on retrouve, pêle-mêle, Pierre Étaix et Ernst Lubitsch, Hergé et Jacques Tati, Nanni Moretti et Blake Edwards).

Leur parcours est à la fois différent et similaire : nous avons eu envie que ces parallèles se croisent enfin, pour un dialogue inédit et original. Ainsi, nous présenterons huit films de « Podalydori » : parmi ces huit, Bruno en a choisi un de Pierre qu’il présentera au public, et vice-versa. Parmi ces huit également, chacun a choisi un film de l’histoire du cinéma, au sens large. Au milieu de tout ça : une masterclass où l’on se posera en leur compagnie la question de savoir comment et que filmer dans la comédie aujourd’hui.

Fabien Gaffez

home
L’ouvroir de...