Festival International du Film d'Amiens 2016
Contact
Newsletter
Partenaires - liens

Nous proposons une sélection de films africains contemporains, réalisés par des cinéastes de la nouvelle génération, « héritiers » de Sembène Ousmane. En parlant d’« héritiers », nous n’entendons pas parler d’une école ou d’un mouvement esthétique, mais plutôt évoquer un état d’esprit, une volonté partagée et des valeurs que la disparition de Sembène ne laissera pas de côté. Nous songeons aussi au lien étroit au continent africain en son entier, liens si chers à l’auteur de Ceddo. Ces « héritiers » portent tous en eux cette volonté panafricaine, non pas comme on le ferait d’un étendard mais comme la conviction intime de la nécessaire unité. En ce sens ils pourraient être qualifiés de cinéastes engagés, si l’expression n’était pas trop connotée ou « européocentrée  ». L’un des films qui obtint un franc succès public lors du XXème Fespaco (et montré en clôture du 26e Festival d’Amiens) Africa Paradis de Sylvestre Amoussou parlait des « États- Unis d’Afrique » comme d’autres d’Union Européenne. Cette comédie dramatique n’estelle pas dans la droite ligne d’un film comme le Mandat ? Ne porte-t-elle pas également une mise en cause d’une bureaucratie trop polie pour être honnête ? Les œuvres retenues ici expriment un choix totalement subjectif (celui des responsables de ce festival), elles expriment pourtant toutes une volonté déterminée et farouche d’interroger leur propre pays et par là-même de toucher aux réalités de l’ensemble du continent. Toutes portent l’empreinte de recherches cinématographiques et formelles propres à des auteurs-réalisateurs, jeunes mais chevronnés. Elles sont en ce sens éminemment « politiques », au sens où l’entendait Sembène Ousmane. Liées à leur terre, donc au continent en son entier. Bien sûr on pourrait y ajouter d’autres titres que l’actualité a mis en avant l’an dernier  : Bamako de Abderrahmane Sissako et Darrat de Mahamat Saleh Haroun - entre autres.

Le Festival d’Amiens a décidé (en partenariat avec RFI) de créer cette année un « Prix Sembène Ousmane du meilleur film panafricain  ». Ce prix sera décerné par un jury de professionnels du cinéma du monde entier et sera présidé par Alain Sembène. Il s’appliquera à une sélection de longs-métrages africains les plus marquants de l’année (dans le domaine de la fiction comme du documentaire).

J.-P.G.

home
La Nouvelle génération : le sillon tracé par Sembène