Festival International du Film d'Amiens 2016
Contact
Newsletter
Partenaires - liens

Atelier de formation sur « La culture et la maintenance des équipements audiovisuels numériques »

par Jean-Pierre Garcia

Du 22 mars au 2 avril 2010 s’est tenu, à Ouagadougou, un atelier de formation sur « la culture de la maintenance des équipements audiovisuels numériques » organisé par l’ISIS/ SE avec le soutien du ministère des Affaires étrangères français. Cette formation était assurée par Eric Bodoulé Sosso, réalisateur franco-camerounais. Il en dresse le bilan et propose plusieurs recommandations à l’attention des professionnels du Sud, techniciens bien sûr mais aussi producteurs et réalisateurs.

« Cette formation a permis de renforcer les connaissances des techniciens et d’acquérir de nouvelles méthodes d’approche sur la maintenance préventive et curative des équipements audiovisuels numériques ; elle a également permis de partager les expériences respectives et aussi de créer des liens de collaboration et d’amitié.

Nous pouvons affirmer avec certitude qu’aucune société de la place n’a échappé au moins une fois à un arrêt de fonctionnement suite à une panne technique faute de suivi et d’entretien. La maintenance est alors remise au centre des préoccupations.
L’évolution technologique laisse parfois percevoir que le métier de « maintenancier » est en voie de disparition mais, il s’agit plutôt d’une mutation vers de nouvelles approches de la maintenance.
Toutes les phases de fabrication (tournage, post-production) et diffusion d’un film en numérique font appel à un apport grandissant de l’informatique, d’où un besoin urgent de formation.
À cause du climat, du rythme et des conditions de travail, le matériel est soumis à des conditions d’exploitation plus difficiles que celles préconisées par les fabricants ; sa durée de vie est par conséquent plus réduite.

La maintenance n’est malheureusement, prise en considération que lorsqu’un problème survient, sans elle rien n’est possible, cependant sans ligne budgétaire dédiée, aucun miracle n’est envisageable. Il est vital que cette prise de conscience s’effectue, désormais, sur le long terme et en amont. La valorisation du métier de technicien d’exploitation ou de maintenance passe par la reconnaissance de son utilité à travers les recommandations suivantes :

Au regard de l’importance du secteur du cinéma et de l’audiovisuel au Burkina-Faso, carrefour du cinéma africain, et de l’attention que le gouvernement lui accorde, à travers sa politique de communication et d’information, nous sollicitons la prise en compte et l’application des recommandations sus citées. »
Eric Bodoulé Sosso (in Le film Africain & du Sud » n° 59/60).

home
Atelier de formation sur « La culture et la maintenance des équipements audiovisuels numériques »