Festival International du Film d'Amiens 2016
Contact
Newsletter
Partenaires - liens

BARKING WATER

(États-Unis / CREEK-SÉMINOLE, 2009, 81’)

- 

Oklahoma. Quelque part du côté de Tulsa. Frankie est en phase terminale d’une maladie dont on ne saura rien. Sauf qu’il ne veut pas mourir à l’hôpital. Il convainc Irene, son dernier grand amour, de l’emmener sur les routes pour voir une ultime fois sa fille.

Un road-movie donc, dans les plaines et vallons couverts de forêts ; un voyage de retour au pays des ancêtres autant qu’une virée dans l’Amérique rurale posent la trame d’un film qui suit les traces d’une vie. Dans le temps comme dans l’espace : le temps des souvenirs communs à ce couple que Frankie a toujours rêvé de vivre mais qu’il n’a pas su préserver, le temps des émotions simples mais profondes, le temps de la relation à la terre des ancêtres. La terre et la nature, les gestes de tendresse vis-à-vis des animaux considérés comme partie intégrante (voire essentielle) du monde des hommes.

Barking Water pose et marque la naissance d’un cinéaste. Un auteur qui a Cassavetes comme référence comme l’exprime son travail : le choix d’une petite équipe technique réunie autour d’un groupe de comédiens (souvent non professionnels) qui se connaissent. Par le choix aussi de travail en séquences conformes à l’évolution de la trame dramatique. L’autre référence de Sterlin Harjo est celle de Monte Hellman et de Macadam à deux voies.

- 

R/D : STERLIN HARJO • Sc : Sterlin Harjo • Ph/C : Fred Schroeder • M/Ed : David Michael Maurer • Mus : Ryan Beveridge • Cos : Spring Houghton • P : Indion Entertainment Group, Indion Production, Dolphin Bay Films • 85’ • 35 mm • F • Coul/Col • Int/ Cast : Casey Camp-Horinek, Richard Ray Whitman, Jon Proudstar, Fred Schroeder, Quese IMC

- 

- Dim. 10 • 21h30 • OW

home
BARKING WATER