Festival International du Film d'Amiens 2016
Contact
Newsletter
Partenaires - liens

Confession à un cadavre

(The Nanny) Royaume-Uni - 1965

Confession à un cadavre fait partie d’un genre méconnu de la Hammer, celui du thriller paranoïaque, le succès de Hurler de peur ayant provoqué une série de films produits et écrits par Jimmy Sangster (sous l’influence des Diaboliques de Clouzot). Le film est de nouveau réalisé par Seth Holt et peut être considéré comme l’un des tout meilleurs thrillers Hammer. Confession à un cadavre ausculte les méandres entamés d’un cerveau malade, dont les visions sont transcrites par un noir et blanc acéré, et des angles de caméra inspirés du baroquisme de Citizen Kane. Les fils qui se tissent entre les différents personnages sont d’une aveugle perversité, puisqu’on y trouve un petit garçon suicidaire et tourmenté par la mort de sa petite sœur, une mère qui n’en a jamais fait son deuil, une nounou dont la servitude semble masquer de plus funestes souvenirs. Le cadavre d’une petite fille noyée dans son bain pèse sur un appartement qui s’apparente à un asile. Comme ce fut parfois le cas dans l’histoire du studio, une vieille gloire hollywoodienne venait reprendre du poil de la bête sous ses projecteurs. Bette Davis trouve en effet l’un de ses derniers grands rôles, dans une voie ouverte par l’horreur grotesque de Qu’est-il arrivé à Baby Jane ? (What Ever Happened to Baby Jane ?, Robert Aldrich, 1962). Elle retrouvera la Hammer en 1968 pour The Anniversary, réalisé par Roy Ward Baker.

Fabien Gaffez

R/D : Seth Holt • Sc : Jimmy Sangster d’après le roman de/from the novel by Evelyn Piper • Ph/C : Harry Waxman • M/Ed : Tom Simpson, James Needs • S : Norman Coggs • Mus : Richard Rodney Bennett • Dec/AD : Edward Carrick • Cos : Mary Gibson • Maquillage/Make-up : Tom Smith • P : Jimmy Sangster • 93’ • 35 mm • F • N&B/B&W • Int/Cast : Bette Davis, Wendy Craig, Jill Bennett, James Villiers, William Dix, Pamela Franklin, Jack Watling, Maurice Denham, Alfred Burke

home
Confession à un cadavre