Festival International du Film d'Amiens 2016
Contact
Newsletter
Partenaires - liens

DIOS SE LO PAGUE

Argentine – 1948

Sélectionné au Festival de Venise en 1948, Dios se lo pague est un mélodrame habilement ficelé et qui sait ménager ses effets. Le point de départ est la rencontre entre un mendiant (Arturo de Córdova) quêtant à la porte des églises et une jeune femme passionnée par le jeu (Zully Moreno). Au milieu du film, on apprend que le mendiant était un homme assez riche mais qui s’est fait voler une invention par un patron indélicat. Tel un Monte Cristo de Buenos Aires, il poursuit une vengeance implacable contre celui qui l’a trahi et volé. L’histoire de ce mendiant millionnaire et philosophe révèle beaucoup de choses sur le soutien apporté par le studio aux idées péronistes. Les dialogues sont révélateurs à cet égard. Même si souvent ils ont bien vieilli.
Le travail de mise en scène du réalisateur est brillant. Il utilise à merveille les clairs obscurs et sait en jouer dans l’utilisation des voix dans la pénombre. Malgré un budget assez serré, la relation entre des gros plans magnifiquement éclairés sur les visages des deux vedettes du film et quelques extérieurs urbains célébrant la modernité de Buenos Aires, donne encore beaucoup de poids à ce mélodrame faussement social. Inutile de dire que le film porte la marque de fabrique idéale pur le studio A.S.F.
J.-P.G.

R/D : Luis César Amadori • Sc : Tulio Demicheli d’après/from by Joracy Camargo • Ph/C : Alberto Etchebehere • M/Ed : Jorge Garate • Mus : Juan Ehlert • Déc/AD : Gori Muñoz • Cos : Jorge de las Longas • P : Argentina Sono Film • 119’ • 35 mm • N&B/B&W • Int/Cast : Arturo de Córdova, Zully Moreno, Enrique Chaico, Florindo Ferrario

9 nov • 20h00 • AD
12 nov • 14h00 • PT

home
DIOS SE LO PAGUE