Festival International du Film d'Amiens 2016
Contact
Newsletter
Partenaires - liens

Dante TV

Joe Dante et la télévision

Le Festival international du film d’Amiens s’est toujours intéressé à la télévision, quand elle investissait, avec ses propres moyens, le champ du cinéma. En 1995 et 1997, par exemple, le Festival consacrait en deux volets une rétrospective intitulée « De John Ford à Steven Spielberg : quand les grands tournaient pour le petit écran ». De même, les hommages ou rétrospectives dédiés à Sam Peckinpah, Ida Lupino ou Stephen Frears révélaient la manière dont chacun s’était adapté ou avait subverti les règles parfois contraignantes de la fiction télévisée. Joe Dante lui-même a très vite mené une double carrière, entre cinéma et télévision, ne négligeant jamais, fût-ce pour des raisons économiques, ce que lui proposaient les chaînes de télévision. Il y a même parfois trouvé plus de liberté que sous la gouvernance étroite des majors.

Cette œuvre télévisée se divise en deux voies distinctes : la réalisation d’épisodes d’une série déjà codifiée et la réalisation de « programmes unitaires », souvent de long métrage.

Dès le début des années 80, Dante réalise trois épisodes pour la série Police Squad !, avec le génial Leslie Nielsen en vedette. Très vite, cette partie de son travail prend le pli des genres qu’il affectionne, et plus particulièrement du fantastique et de la science fiction. C’est le cas dans ses deux collaborations à la série initiée par Spielberg, Histoires fantastiques (pour lesquelles il réalise Boo ! et The Greibble en 1986) mais encore pour le revival de The Twilight Zone en 1985. En 1991, il devient le « conseiller créatif » pour NBC et la série Eerie, Indiana, dont il réalise cinq épisodes sur dix-huit.

Mais parmi ses plus importants faits d’armes, on peut citer les « téléfilms » de long métrage comme Runaway Daughters, en 1994, qui s’inscrivait dans un hommage aux films de drive-in (Drive-In Classics) produit par la chaîne Showtime. Une chaîne qui se spécialise dans le genre puis qu’elle lancera bientôt les deux saisons de Masters of Horror, créée par Mick Garris. Une série majeure qui se payait le luxe de produire plusieurs films de soixante minutes, confiant leur réalisations à des auteurs réputés du cinéma de genre tels John Carpenter, Stuart Gordon, Dario Argento, John Landis ou Takeshi Miike. Dante réalise deux films, Vote ou crève (Homecoming, 2005), un pur pamphlet décomplexé qui, en pleine administration Bush Jr., voit les soldats tombés sur le front irakien revenir d’entre les morts pour voter contre le Président en place… Le second film, La Guerre des sexes (The Screwfly Solution, 2006), met en scène de manière très sarcastique un virus étrange qui change net les hommes en violents psychopates ne pouvant plus supporter la vue des femmes. Dans ces deux essais concluants, Joe Dante semble avoir recouvré toute sa liberté d’action et de ton.

Et puis, il y a des films initialement réalisés pour la télévision, tel The Second Civil War (1997) pour le compte de HBO, mais qui ont finalement connu une distribution en salle, notamment en Europe. The Second Civil War, bien que Dante ait dû consentir à quelques sacrifices, s’impose aujourd’hui comme l’un des films les plus iconoclastes de son auteur.

Joe Dante poursuit aujourd’hui encore ses allers-retours entre le cinéma et la télévision (se prêtant par exemple à l’exercice de style des Experts). Il semble plus que jamais rechercher des modes de production plus souples, où la vitesse d’éxécution du réalisateur et sa nécessaire capacité d’adaptation deviennent les moteurs qui lui rappellent ses débuts au sein de l’écurie Corman.

mer. 16 – 12h00 – OW

jeu. 17 – 12h00 – OW

home
Dante TV