Festival International du Film d'Amiens 2016
Contact
Newsletter
Partenaires - liens

Desounen, dialogue avec la mort

FRANCE / HAÏTI 1994

Desounen est un rite de dégradation d’un initié vaudou, qui revient à détacher l’esprit protecteur auquel il avait consacré sa vie. Tant que ce rite n’est pas accompli, le mort est considéré comme encore vivant. Sous la forme d’un journal, Desounen, est un dialogue avec la Mort, mais aussi un voyage sur le territoire haïtien qui nous emmène dans des lieux différents, par des itinéraires divers à la rencontre de gens qui luttent, qui ne baissent pas les bras. Des gens qui parviennent, avec beaucoup d’inventivité, de créativité et de sagesse, à survivre — ou plutôt à ne pas mourir. Des gens qui dans leur immense majorité ne souhaitent pas quitter leur pays. Anacia vend des sacs de charbon, petit commerce qui lui permet de vivre et de payer les études de son fils Arisnel. Maxime lui est rentré au pays après ses études en France. Il a été accueilli par Compère qui lui a vendu son terrain. Ils sont devenus amis. À Lully, Madame Kléber raconte le naufrage du ferry au large des côtes de Cuba où elle a perdu ses enfants partis illégalement. Aujourd’hui encore, elle rêve de revoir sa famille qui est à Miami… Ces Haïtiens ont décidé de rester. Malgré la dictature, la violence, la misère, les destructions. C’est la désolation qui pousse à l’exil, mais la migration témoigne aussi d’un besoin de bonheur et d’une amélioration des conditions de vie. Raoul Peck n’a jamais vraiment quitté Haïti. Disons plutôt : Haïti ne l’a jamais quitté.

R/D : RAOUL PECK • Sc : Raoul Peck • Ph/C : Raphaël Mulard, Jean-Pierre Grasset • M/Ed : Mariette Levy-Novion • S : Frédéric Ullmann • P : Jean-Pierre Krief, Alex Szalat, Raoul Peck • 52’ • 16 mm • Doc • Coul/Col • Int/Cast : Adeline Hérissé Kleber, Maxime Roumer, Alphonse Pierre-Louis, Anacia Bonhomme, Arisnel Cherismar

home
Desounen, dialogue avec la mort