Festival International du Film d'Amiens 2016
Contact
Newsletter
Partenaires - liens

EL COMPADRE MENDOZA

(Mexique, 1934, 85’)

Rosalio Mendoza est un propriétaire terrien, pris dans la tourmente révolutionnaire. Pour s’en sortir, il accueille avec bienveillance les uns et les autres. Tour à tour légaliste ou révolutionnaire, il remplace selon les « invités » la photo du général Huerta par celle d’Emiliano Zapata. De fait, il trafique avec tous. Achetant des armes à un militaire corrompu pour les revendre à un chef guérillero. Marié à une femme plus jeune que lui, Mendoza devient jaloux quand il découvre que celle-ci n’a d’yeux que pour un lieutenant zapatiste…

El Compadre Mendoza tient de la comédie de moeurs. Et pourtant, il constitue l’un des films les plus importants de son époque sur la Révolution mexicaine. Pendant de longs moments, la narration semble trop belle pour être honnête. Mais petit à petit, détail après détail le portrait de Mendoza devient celui de toute une partie du Mexique. La typologie comique s’avère être celle des possédants. Cruels face aux miséreux, exploiteurs sans pitié, ils deviennent compréhensifs face aux va-nupieds quand ceux-ci tiennent un fusil pointé sur eux.

El Compadre Mendoza parce qu’il dépeint ceux que le réalisateur connaît le mieux, à savoir son propre milieu, est le film le plus corrosif de Fernando de Fuentes. Il éclaire Vámonos con Pancho Villa et est la pièce maîtresse de sa trilogie sur la révolution.

J.-P.G.

R/D : FERNANDO DE FUENTES, JUAN BUSTILLO ORO
Sc  : Juan Bustillo Oro, Fernando de Fuentes, Mauricio Magdaleno • Ph/C : Ross Fisher • M/Ed : Fernando de Fuentes • S : B.J. Kroger, J.R. Rodriguez • Mus : Manuel Castro Padillo • Déc/AD : Beleho • P : José Castellot Hijo, Rafael Ángel Frias, Antonio Prida Santacilia • 85’ • 35 mm • F • N&B/B&W • Int/Cast : Alfredo del Diestro, Carmen Guerrero, Antonio R. Frausto

17 nov • 10h00 • PT • MCA
20 nov • 17h00 • St Leu

home
EL COMPADRE MENDOZA