Festival International du Film d'Amiens 2016
Contact
Newsletter
Partenaires - liens

FUREUR SUR LA VILLE

États-Unis – 1950

La crise économique de l’après-guerre touche aussi les hommes qui se sont battus sur le front. Howard Tyler, à la fois démobilisé et désoeuvré, est un chômeur criblé de dettes qui n’arrive plus à faire vivre sa famille, son jeune fils et sa femme enceinte. Le désespoir et la honte le mènent dans un bowling où il rencontre le vindicatif Jerry Slocum, qui lui promet un travail. En guise de quoi il va progressivement l’entraîner dans le crime, depuis de menus larcins jusqu’au meurtre…
Fureur sur la ville est un solide film noir traversé par la désespérance sociale propre à l’époque. Cy Endfield y démontre toute l’étendue de son talent. Outre un récit mené tambour battant et une photographie qui rend justice à la vision du cinéaste, il faut signaler la justesse de l’interprétation. Lloyd Bridges, méphistophélique, y trouve l’un de ses meilleurs rôles ; quant à Frank Lovejoy, il exprime avec force l’épuisement tragique de l’homme aux abois. Le lynchage final, par son extrême violence, n’est pas sans rappeler le style de Fritz Lang, et plus particulièrement de son premier film américain, Furie (Fury, 1936).

F.G.

« L’enjeu de [Fureur sur la ville] est aussi clair que celui d’Inflation : la fragilité d’institutions menacées de l’intérieur par le venin d’idéologies réactionnaires - du cryptofascisme au maccarthysme. » (Michael Henry, Positif)

R/D : CY ENDFIELD
• Sc : Cy Endfield, Jo Pagano (d’après son roman/from his novel) • Ph/C : Guy Roe • M/Ed : George Amy • S : Jean Speak • Mus : Hugo Friedhofer • Déc/AD : Perry Ferguson, Howard Bristol • P : Robert Stillman • 85’ • 35 mm • F • N&B/B&W • Int/Cast : Frank Lovejoy, Lloyd Bridges, Kathleen Ryan, Richard Carlson, Katherine Locke

8 nov • 18h00 • St Leu
13 nov • 16h30 • OW

home
FUREUR SUR LA VILLE