Festival International du Film d'Amiens 2016
Contact
Newsletter
Partenaires - liens

GOÛT DE LA VIOLENCE (LE)

(France / Italie / RFA, 1961, 85’)

1910, un pays pauvre d’Amérique latine. Des guérilleros luttent pour la liberté en s’opposant aux troupes d’un gouvernement tyrannique. Ils décident d’enlever, dans le train où elle voyageait, la fille du chef de l’État, Maria. Trois hommes doivent l’emmener au quartier général révolutionnaire ; ils traversent un pays dévasté par les combats et meurtri par des massacres aveugles. Durant le voyage, la tension monte ; Chamaco tente en vain de tuer Perez. Finalement Chamaco et Chico trouvent la mort. Perez se réfugie chez sa soeur, Bianca, pour y cacher le jeune otage. Les forces révolutionnaires subissent de nombreuses défaites. Perez et Maria doivent fuir, ils deviennent amants. Les révolutionnaires sont finalement vaincus par les troupes gouvernementales. Où aller ? Le pays est en ruine, y compris la maison de Bianca. Perez demande à Maria d’aller rejoindre les siens et part seul continuer la lutte.

Robert Hossein porte véritablement ce film dont il est le réalisateur, le scénariste et l’acteur principal. Un long métrage généreux et souvent violent. Mais le réalisateur y dénonce clairement la violence et la guerre. Robert Hossein est tout à fait convaincant et inspiré dans le rôle de Perez. Le Goût de la violence est l’un des rares westerns du cinéma français. Quelques années plus tard, Hossein s’attaquera de nouveau au genre avec Une Corde, un colt (1969).

R/D :ROBERT HOSSEIN
Sc : Claude Desailly, Robert Hossein, Louis Martin • Ph/C : Jacques Robin • M/Ed : Borys Lewin • S : Guy Chichignoud • Mus : André Hossein • Déc/AD : Jean Mandaroux • P : Walter Ulbrich • 85’ • 35 mm • F • N&B/B&W • Int/Cast : Robert Hossein, Giovanna Ralli, Mario Adorf, Hans H. Neubert, Madeleine Robinson, Dany Jacquet

20 nov • 18h30 • PT • MCA

home
GOÛT DE LA VIOLENCE (LE)