Festival International du Film d'Amiens 2016
Contact
Newsletter
Partenaires - liens

GRAND’RUE (Calle Mayor)

Espagne – 1956

Dans une petite ville de province, un groupe de jeunes gens tuent le temps en montant des blagues. Juan, le célibataire de la bande, va faire croire à Isabelle, une vieille fille, qu’il est amoureux d’elle. Isabelle, qui n’en demandait pas plus, s’épanouit de bonheur. Conscient d’être allé trop loin, Juan se dérobe et charge un ami madrilène de lui révéler la vérité.

« Isabelle, c’est Betsy Blair révélée par Marty dans un rôle qui ressemblait un peu à celui-là, mais en apparence seulement. L’héroïne de Marty était typiquement américaine, celle de Grand’rue est profondément européenne avec son romantisme retenu, sa philosophie latine, sa dignité espagnole. Betsy Blair, jolie, laide... mais surtout jolie... s’est étonnamment mise dans la peau de cette tendre ibérique que la solitude dessèche peu à peu. Elle est admirable dans la scène où, comme une folle, elle répète sans se lasser : « Je t’aime, je t’aime... » » (Jacques Doniol-Valcroze, France-Observateur, novembre 1986)
Betsy Blair à propos de Grand’rue : « Nieves et Ricardo parlaient anglais. Bardem essayait, mais nous communiquions surtout en français. On pourrait penser que la langue posait un problème dans les films européens, mais tout le monde était très pragmatique à cet égard. J’ignore comment on procède aujourd’hui, mais dans les années quarante et cinquante, la plupart des films européens étaient doublés, et le dialogue enregistré en studio après le tournage - ce qui fait que deux acteurs français,Yves Massard, Dora Doll, et moi ont tous pu faire figure d’Espagnols dans le film. Bardem a engagé pour me doubler une actrice espagnole formidable.
J’ai eu de la chance. Je me rappelle avoir vu en Italie Escale à Hollywood (Anchors Aweigh, George Sidney, 1945) avec Gene. Or, dans les comédies musicales, on ne doublait pas les chansons, seulement le dialogue. De sorte que Gene, qui chantait avec sa belle voix irlandaise, parlait d’un ton aigu qui, croyait-on, allait bien avec ses chansons. (Ça ne lui a pas beaucoup plu à l’époque, mais c’est finalement devenu une histoire drôle.) »

R/D : JUAN ANTONIO BARDEM • Sc : Juan Antonio Bardem d’après la pièce de/from the play by Carlos Arniches • Ph/C : Michel Kelber • M/Ed : Margarita de Ochoa • Mus : Joseph Kosma, Isidro B. Maiztegui • Déc/AD : Enrique Alarcón • P : Cesáreo González, Georges de Beauregard • 100’ • 35 mm • F • N&B/B&W • Int/Cast : Betsy Blair, José Suárez, Yves Massard, Luis Peña, Dora Doll, Alfonso Godá

16 nov • 16h00 • AD (sous réserve)

home
GRAND’RUE (Calle Mayor)