Festival International du Film d'Amiens 2016
Contact
Newsletter
Partenaires - liens

Garçonne


Au cœur de l’été. Lisa, 17 ans, fuit l’ennui de sa famille bourgeoise. Au fond d’un lac isolé, elle se révèle.


Après Fracture, sélectionné à Amiens en 2010, Nicolas Sarkissian revient avec ce nouveau film, qui confirme la voie de traverse qu’il souhaite prendre au sein du cinéma français (voie ouverte par Christophe Gans ou Alexandre Aja). Ainsi, il faut souligner la grande maîtrise technique de Garçonne : un découpage percutant, des cadres étudiés, un montage au cordeau, sans hystérie naturaliste. L’ambition du film n’est pas son « sujet » — à savoir l’éveil des formes au désir et à la liberté identitaire (sociale, sexuelle, générationnelle). Il s’agit d’un sujet-fond (comme en peinture) plutôt qu’un sujet de fond. Sarkissian est un formaliste pragmatique, à la Polanski. Ce beau film tactile (les mains qui découvrent la matière et la chair) expérimente également des formes et des techniques, telle une impressionnante séquence sous-marine (Bill Viola et Brian De Palma ne sont pas loin).

The summer. Lisa, 17 years, flees trouble of her middle-class family. At the bottom of an isolated lake, she is finding herself.

R/D : NICOLAS SARKISSIAN | Sc : Nicolas Sarkissian | P : François-Pierre Clavel | 29min | Num | F | Coul/Col | Int/Cast : Rebecca Marder, Morgane Lambert, Valérie Maes

15 nov | 18h00 | St-Leu
19 nov | 14h00 | Gaumont 2

home
Garçonne