Festival International du Film d'Amiens 2016
Contact
Newsletter
Partenaires - liens

HOFFMAN, Dustin

(1937)

Acteur de composition au physique très éloigné des canons hollywoodiens classiques (il est typé, de taille modeste et doté d’un visage ordinaire), reçu à l’Actors Studio la même année qu’Al Pacino (1966), il devient l’année suivante la première star du Nouvel Hollywood grâce au Lauréat/The Graduate (Mike Nichols, 1967), qui lui vaut une première nomination aux Oscars (régulièrement cité, il remporte pour la première fois la prestigieuse récompense pour Kramer contre Kramer, Robert Benton, 1979). Mais dès son film suivant, il refuse d’adopter l’image lisse et pérenne d’une star traditionnelle, en partageant la vedette avec un jeune acteur encore inconnu (Jon Voight), et en apparaissant sous les traits méconnaissables d’un clochard boiteux et tuberculeux (Macadam Cow- Boy/Midnight Cow-boy, John Schlesinger, 1969). Acteur fétiche d’Ulu Grosbard (Qui est Harry Kellerman ?/Who is Harry Kellerman and Why is He Saying Those Terrible Things About Me ?, 1971 ; Le Récidiviste/Straight Time, 1978), il tient le rôle principal dans des films contestataires et politiques (Little Big Man, Arthur Penn, 1970 ; Lenny, Bob Fosse, 1974 ; Les Chiens de paille/Straw Dogs, Sam Peckinpah, 1971 ; Marathon Man, Schlesinger, 1976), mais accepte également des rôles de complément aux côtés de stars comme Steve McQueen (Papillon, Franklin J. Schaffner, 1973) ou de partager l’affiche avec d’autres (Robert Redford dans Les Hommes du Président/All the President’s Men, Alan J. Pakula, 1976). Son dernier film de la période est une truculente fable sur le métier d’acteur (Tootsie, Sydney Pollack, 1982).

home
HOFFMAN, Dustin