Festival International du Film d'Amiens 2016
Contact
Newsletter
Partenaires - liens

Hurlements

États-Unis – 1981

Karen White, une journaliste de télévision, enquête sur Eddy, un serial killer. Elle parvient à le rencontrer dans un sex-shop pour une interview. Ce dernier l’agresse avant que la police n’intervienne. Pour se défendre, elle lui loge une balle dans la tête. Après ce terrible événement, sur les conseils de son psy, elle rejoint une clinique privée. Mais « la colonie » n’est pas étrangère à Eddy et à sa famille de loups-garous...

Hurlements est à ce jour l’un des plus grands films de loup-garou, ce genre sublime qui travaille l’animalité de l’homme selon des codes plus ou moins horrifiques, mais toujours poétiques. Si le plus beau film lycanthrope demeure la Nuit du loup-garou de Terence Fisher (ici nommé à travers un personnage), cette variation signée Dante remplit haut la main les conventions du genre : une réflexion sur le monstrueux (qu’il soit physique ou moral), des séquences de terreur bien menées (le film fut d’abord vendu comme un slasher, époque oblige), un érotisme inquiétant (la mordante Elisabeth Brooks), une scène de métamorphose mémorable (les sublimes effets sont de Rob Bottin, à partir d’un travail de Rick Baker parti sur le tournage du Loup-garou de Londres). Hurlements est le film de l’envol véritable de Joe Dante. Il s’y montre à la fois un esthète audacieux (les scènes du peep show, le final sublime), un conteur efficace et un cinéphile subtil.

R/D : Joe Dante • Sc : John Sayles, Terence H. Winkless d’après le roman de/from the novel by Gary Bradner • Ph/C : John Hora • M/Ed : Joe Dante, Mark Goldblatt • S : Ken King • Mus : Pino Donaggio • Déc/AD : Robert A. Burns • P : Michael Finnell, Jack Conrad • 91’ • 35 mm • F • Coul/Col • Int/Cast : Karen White, Patrick Macnee, Dennis Dungan, Christopher Stone, Belinda Balaski, Kevin McCarthy, John Carradine, Slim Pickens

lun. 14 – 20h00 – St Leu................................JD

home
Hurlements