Festival International du Film d'Amiens 2016
Contact
Newsletter
Partenaires - liens

L’AVENIR DE LA MÉMOIRE, DE L’ARGENTIQUE AU NUMÉRIQUE

De Diane Baratier • France • 2014
Dimanche 16 novembre • 14h00 • Cinéma Orson Welles (MCA)

CAMÉRAMIENS EN PRÉSENCE DE DIANE BARATIER

Quand son père le cinéaste Jacques Baratier meurt, sa fille Diane découvre que le premier long métrage qu’il a réalisé, Goha, est en passe d’être perdu et que bien d’autres vont disparaître. Ce constat amène une réflexion sur la disparition du patrimoine cinématographique...

Tout est parti d’un constat de disparition. Diane Baratier, chef-opératrice de renom (surtout des films d’Éric Rohmer à partir des années quatre-vingt-dix) et réalisatrice, décide de faire un film sur le thème de la disparition suite à plusieurs pertes : l’abandon d’un projet de film, la mort d’Éric Rohmer puis de Jacques Baratier, son père cinéaste, et la disparition imminente du premier long métrage de son père, Goha, dont les copies dépérissaient à vue d’oeil. Le film est restauré numériquement et cette sauvegarde questionne la réalisatrice. Il est alors de toute urgence, en pleine période de transition, de porter un regard sur le passage de l’argentique au numérique. Comment cette transition s’est-elle opérée ? Quels en sont les bénéfices et les travers ? Comment faire face à la disparition inévitable de milliers de films à travers le monde ? Le numérique est-il la solution ? « L’argentique conserve l’aléatoire de la nature alors que le numérique est uniquement mathématique. », affirme la réalisatrice.
Mêlant entretiens avec des réalisateurs (André S. Labarthe), des techniciens (Jean-Pierre Beauviala), des archivistes (Béatrice de Pastre) et récit à la première personne, la réalisatrice mène une réflexion indispensable et approfondie sur la nécessité de conserver et de se souvenir, de penser à l’avenir en regardant dans le passé.

When her father, filmmaker Jacques Baratier dies, Diane finds out that his first feature film is on the point of being lost and that others are about to follow. This observation leads to a reflexion about the disappearance of films.

R/D : DIANE BARATIER • Sc : Diane Baratier • Ph/C : Diane Baratier • M/Ed : Diane Baratier • S : Valérie Arlaud • Mus : Alain Jomy • Déc/AD : Madeona Ledoux • P : Florence Stern • 1h18 • num • Doc • Coul/Col Contact : Les Films du Paradoxe

home
L’AVENIR DE LA MÉMOIRE, DE L’ARGENTIQUE AU NUMÉRIQUE