Festival International du Film d'Amiens 2016
Contact
Newsletter
Partenaires - liens

L’Homme qui rétrécit

États-Unis – 1957

À la suite d’une contamination radioactive, un homme voit son corps rétrécir. Il consulte les sommités scientifiques du pays qui ne peuvent que constater le phénomène…

Jack Arnold, à qui le Festival d’Amiens consacra une rétrospective en 2000, fut très certainement, sinon l’unique, du moins le plus brillant « auteur » de films SF des années 50. Sa filmographie riche et variée, bien qu’il abordât de nombreux genres (du polar au western), reste marquée par des merveilles comme Le Météore de la nuit (le premier souvenir de cinéma de Joe Dante), L’Étrange créature du lac noir ou Tarantula. Jack Arnold avait lutté pour imposer une fin « métaphysique » à cet Homme qui rétrécit, plutôt que d’accepter le happy end voulu par la Universal. Il tenait son film pour « une quête sur le sens et les limites de l’identité humaine ».

R/D : Jack Arnold • Sc : Richard Matherson • Ph/C : Ellis W. Carter • M/Ed : Albrecht Joseph • S : Leslie I. Carey, Robert Prichard • Mus : Joseph Gershenson • Déc/AD : Alexander Golitzen, Robert Clatworthy • P : Albert Zugsmith • 81’ • 35 mm • F • N&B/B&W • Int/Cast : Grant Williams, Randy Stuart, April Kent, Paul Langton, Raymond Bailey, William Schallert, Frank J. Scannell, Helene Marshall

sam. 12 – 20h15 – AD................................ CB/JD

home
L’Homme qui rétrécit