Festival International du Film d'Amiens 2016
Contact
Newsletter
Partenaires - liens

LA MAISON DE L’ANGE

Argentine – 1957

La Maison de l’ange est le nom de l’endroit où vivent étouffées par leur mère bigote et obsédée par le péché Ana et ses deux sœurs. Ana est punie par sa mère pour avoir retiré le voile recouvrant la nudité d’une statue ! L’arrivée de Pablo, un jeune député prônant la liberté d’expression à tout crin va bouleverser l’univers compassé de la jeune fille. Il va aussi réveiller la sexualité d’Ana qui décidera de se donner à lui. Mais les obsessions et la crainte de l’enfer léguées par sa mère ne cesseront pas si vite.
Cette présentation ne rend compte que d’une partie du contenue du film de Torre Nilsson. Le film débute par une série d’images répétitives et enchaînées les unes aux autres, ponctuées d’une voix off obsédante. Jusqu’à ce que débute un long flash-back qui compose le corps du film.
Film sur la décadence d’une société, sur ces obsessions et son conservatisme politique, La Maison de l’ange est aussi un regard porté sur le régime qui vient de clore (Peron a été destitué par les militaires deux ans auparavant). La maison d’Ana devient ici un clair symbole du pays.
Sélectionné au 10e Festival de Cannes, ce film-clé dans l’œuvre de Torre Nilsson, l’est aussi dans la vie du studio argentin Sono Film.
J.-P.G.

R/D : Leopoldo Torre Nilsson • Sc : Beatriz Guido, Leopoldo Torre Nilsson, Martín Rodríguez Mentasti d’après/from a novel by Beatriz Guido • Ph/C : Anibal González Paz • M/Ed : Jorge Garate • S : Mario Fezia • Mus : Juan Carlos Paz • Déc/AD : Emilio Rodríguez Mentasti • P : Argentina Sono Film • 78’ • 35 mm • F • N&B/B&W • Int/Cast : Elsa Daniel, Lautaro Murúa, Guillermo Battaglia, Bera Ortegosa

11 nov • 18h00 • AD
12 nov • 16h15 • OW

home
LA MAISON DE L’ANGE