Festival International du Film d'Amiens 2016
Contact
Newsletter
Partenaires - liens

LA RIVIÈRE ROUGE

États-Unis - 1948

Un jeune homme s’oppose à son père adoptif devenu trop dur avec les hommes lors du convoi d’un troupeau de dix mille bêtes qu’ils doivent vendre dans le Missouri. Montgomery Clift est l’un des premiers acteurs estampillés Actors Studio à avoir intégré Hollywood. La Rivière rouge, bien que tourné après les Anges marqués (The Search, Fred Zinnemann, 1948), fut le premier film où l’on put découvrir son talent. Premier western d’Howard Hawks, grand film classique, La Rivière rouge est l’écrin idéal pour l’avènement d’un jeune premier pas comme les autres, dont l’opposition à un John Wayne vieilli fait merveille. On lui reproche dans le film d’avoir le coeur trop tendre : cette tendresse, associée à une violence contenue, impose la différence de l’acteur. Clift débute ainsi dans un cadre codifié (le genre, le classicisme, le système des studios, la distribution) et jette des ponts entre le passé et l’avenir du cinéma hollywoodien. Une révolution de velours comparée à l’avènement tonitruant de Brando trois ans plus tard dans Un tramway nommé Désir.

F.G.

« La dureté modérée réussie par Hawks dans la Rivière rouge en utilisant la langueur délicate de Clift et le jeu argileux de Wayne est remarquable. »

(Manny Farber, Espace négatif)

R/D : Howard Hawks • Sc : Borden Chase, Charles Schnee • Ph/C : Russell Harlan • M/Ed : Christian Nyby • S : Richard DeWeese • Mus : Dimitri Tiomkin • Déc/AD : John Datu • P : Howard Hawks • 133’ • 35 mm • F • N&B/B&W • Int/Cast : John Wayne, Montgomery Clift, Joanne Dru, Walter Brennan

9 nov • 14h00 • AD
11 nov • 18h00 • Gaumont

home
LA RIVIÈRE ROUGE