Festival International du Film d'Amiens 2016
Contact
Newsletter
Partenaires - liens

LANDIS TV

Tous les grands réalisateurs, au moins depuis Hitchcock qui en décomplexa le geste, ont toujours travaillé pour la télévision. Soit qu’ils en proviennent, soit qu’ils s’y essayent, soit qu’ils s’y installent. En 2015, le paysage a bien changé, puisque ce sont les séries (qui ne sont plus simplement télévisées mais, disons, « numériques ») qui donnent le la des pratiques consuméristes et du renouveau narratif de la fiction occidentale. La France elle-même, à travers les productions de Canal Plus ou d’ARTE tire désormais son épingle artistique d’un jeu industriel massif.
Les cinéastes de la génération de John Landis, tels Steven Spielberg, David Lynch, Joe Dante, ont souvent convolé avec le petit écran. Landis est par ailleurs un as sarcastique de l’industrie culturelle mondiale : des clips de Michael Jackson (Thriller, Black or White) aux épisodes pour le compte de Disneyland, il connaît très bien la grande fête foraine des produits pop (revoir le Flic de Beverly Hills 3). S’il a participé à l’adaptation cinématographique de la Quatrième dimension, Landis a eu plusieurs projets pour la télévision, dont nous avons retenu deux hits : la série Dream On (créée par les futurs showrunners de Friends) et ses deux collaborations à Masters of Horror.
Pour Dream On, l’une des meilleures et des plus inventives séries des années 1990, il est producteur et réalise quelques épisodes (dont le pilote), au long de six saisons diffusées par HBO. Le personnage principal, entre déboires sentimentaux et surmenage professionnel, voit son cerveau contaminé de manière anarchique par des extraits de films hollywoodiens plus ou moins connus (c’est un enfant de la télé). Objet insolite aux accents sympathiquement libertaires, on peut y voir la touche Landis dans une manière désinvolte d’exprimer la force du fantasme dans un monde formaté. Quant aux deux films réalisés pour la formidable série de Mick Garris produite par Showtime, ils comptent parmi les plus belles réussites de Landis ces derniers temps. Dans La Belle est la bête (Deer Woman), dans lequel on retrouve Brian Benben, l’acteur principal de Dream On, il retravaille l’idée de métamorphose qui ont fait sa réputation dans le genre. Plutôt qu’un loup, il s’agirait d’une femme ultra-sexy se transformant en… biche. Une espèce de Bambi érotique et déviant, au pays des Amérindiens, que Landis a co-écrit avec son fils Max. Encore plus réussi, Une famille recomposée (Family), explorant l’héritage grotesque de Psychose, appuie là où cela fait mal : la cellule familiale et son modèle américain (s’inscrivant dans la grande tradition du genre, celui d’une critique sardonique des apparences trompeuses et de l’American Way of Life).
En quelques épisodes ou films à part entière, John Landis a su apporter à la télévision américaine son grain de folie douce, sa cinéphilie aux mille recoins, et son ironie libertaire. Autant de choses qui manquent cruellement dans les années 2010.

Fabien Gaffez


Dream On Une série HBO qui raconte les déboires de Martin Tupper, éditeur dans le début de la quarantaine, divorcé entretenant d’excellentes relations avec son ex-épouse, Judith, psychologue de son état. Ce grand rêveur, assisté d’une secrétaire quelque peu caractérielle, est toujours à la recherche de nouvelles conquêtes féminines.
Parmi les dix-sept épisodes réalisés par John Landis, nous en avons choisi quatre : Dream On (pilote de la série), et les trois premiers épisodes de la saison 2 : La Seconde plus grande histoire jamais contée (The Second Greatest Story Ever Told).

R : John Landis • Créateur : David Crane, Marta Kaufmann • Ph : Mac Ahlberg • P : Robb Idels, Ron Wolotzky • 4 x 30’ • Coul • Int : Brian Benben, Chris Demetral, Denny Dillon, Wendie Malick

Dream On (Saison 1, épisode 1, 1990)
Martin Tupper, la trentaine, est un éditeur spécialisé dans les romans à l’eau de rose. Fraîchement divorcé de sa femme Judith et entouré de son meilleur ami, Eddie charles, Martin redécouvre la vie de célibataire et multiplie les conquêtes féminines pour essayer de donner du piquant à sa vie. Ayant grandi avec la télévision comme babysitter, Martin voit très régulièrement des flashs de films ou de séries en noir et blanc lui revenir à l’esprit, illustrant ainsi ses pensées et ses sentiments du moment.

La seconde plus grande histoire jamais contée (Saison 2, épisodes 1, 2 et 3, 1991)
Un film se tourne sur la vie de Richard Stone. Martin apporte son aide à Julia, la jeune femme qui interprète Judith dans le film. Avec en guest stars Tom Berenger, Mimi Rogers et David Bowie.

Masters of Horror La Belle est la Bête (Deer Woman, 2005)
Une série de meurtres étranges conduit le détective Dwight Faraday à soupçonner qu’une ancienne créature de la mythologie des Indiens d’Amérique est bien réelle. Celle-ci apparaît sous les traits d’une jeune femme sexy au corps de rêve, qui dissimule un dangereux secret…

R : John Landis • Sc : John Landis, Max Landis • Créateur : Mick Garris • Ph/C : Jon Joffin • P : Ben Browning, Lisa Richardson, Adam Goldworm, Tom Rowe, Pascal Verschooris • 57’ • Coul • Int : Brian Benben, Anthony Griffith, Walter High, Michael P. Northey

Une famille recomposée (Family, 2006)
Les Fuller, un couple de jeunes mariés, arrivent dans une nouvelle ville et découvrent que Harold Thompson, leur voisin, n’est pas aussi sympathique qu’il y paraît. Derrière ce visage jovial se cache un tueur en série.

R : John Landis • Sc : Brent Hanley • Créateur : Mick Garris • Ph : Jon Joffin • P : Ben Browning, Lisa Richardson, Adam Goldworm, Tom Rowe • 58’ • Coul • Int : Haley Guiel, Matt Keeslar, Meredith Monroe, George Wendt

home
LANDIS TV