Festival International du Film d'Amiens 2016
Contact
Newsletter
Partenaires - liens

LE JOUR LE PLUS LONG DU JAPON

(nihon no ichiban nagai hi)
Japon • 1967

Le 26 juillet 1945, les accords de Potsdam imposent une reddition sans condition au Japon. Le 15 août, après de longues discussions, le gouvernement accepte finalement de capituler.

Inutile de comparer le long métrage de Kihachi Okamoto à son homonyme états-unien. Ce jour le plus long, c’est celui qui précède l’annonce de la reddition du Japon. Un épisode souvent repris du point de vue du peuple entendant pour la première fois la voix de leur empereur mais bien plus rarement du côté de ceux qui ont choisi de mettre un terme à la guerre. Si le film est exigeant, c’est parce que chaque détail compte. D’autant plus que le sujet suggère un traitement particulier dans un pays divisé entre son pacifisme nouveau et sa fierté nationale. La tentative de coup d’état menée par le Ministre des Armées participe bien sûr à cette héroïsation du soldat japonais. Pourtant, la mise en scène de cet autre événement méconnu de l’histoire de la guerre du Pacifique n’est pas de l’ordre de la propagande. Ce qui est en jeu, c’est la cause perdue. Celle que certains veulent défendre, quoi qu’il en coûte. Au Japon, le film est un succès. Porté par la plupart des acteurs récurrents de la Toho de cette époque, il inaugure une série de films qui seront produits en vue de commémorer le 15 août 1945, contrastant toujours l’impression d’un Japon qui a tourné définitivement la page du militarisme.

R/D : Kihachi Okamoto • Sc : Shinobu Hashimoto, d’après le roman/from a novel de/by Soichi Oya • Ph/C : Hiroshi Murai • M/ Ed : Yoshitami Kuroiwa • S : Shin Watarai • Mus : Masaru Satô • Déc/ AD : Iwao Akune • P : Sanezumi Fujimoto, Tomoyuki Tanaka • 157’ • 35 mm • F • N&B/B&W • Int/Cast : Toshirô Mifune, Seiji Miyaguchi, Rokkô Toura

SÉANCE ANNULÉE

home
LE JOUR LE PLUS LONG DU JAPON