Festival International du Film d'Amiens 2016
Contact
Newsletter
Partenaires - liens

LE MANDAT

Sénégal – 1968

Ibrahima Dieng, musulman pratiquant, a deux épouses dont il a eu sept enfants. Il est très bien considéré par ses amis et l’on sait qu’il a un neveu qui travaille à Paris ; ce dernier qui lui annonce l’arrivée d’un mandat de 25 000 francs CFA. La nouvelle se répand dans tout le voisinage. Ibrahima se voit déjà riche. Las, les tracasseries administratives l’empêchent de toucher ce fameux mandat. Derrière l’anecdote, le film est un constat amer de la situation d’un pays récemment indépendant.
Le Mandat fonctionne comme une fable dont les accents truculents permettent d’attaquer la jeune bureaucratie sénégalaise héritée du vieux système colonial. La cohorte de nouveaux riches qu’elle installe fait les frais du style mordant de Sembène Ousmane. Au-délà des heurts et malheurs du héros Ibrahima Dieng et des situations cocasses auxquelles il doit faire face, le propos de Sembène se pose clairement dans le champ du politique. Les traits d’humour décochés par le réalisateur relèvent du discours « pédagogique » et de la fonction donnée au cinéma par un cinéaste lucide mais moqueur. Le Mandat eut un grand impact au Sénégal comme dans de très nombreux pays. Il allait durablement influencer des générations de cinéastes dans le domaine de l’ironie politique.

R/D : SEMBÈNE OUSMANE
Sc : Sembène Ousmane • Ph/C : Paul Soulignac, Georges Caristan • M/Ed : Gilbert Kikoïne • S : Henri Moline, El Hadj M’Bow • Mus : Henry Moline • P : Les Films Doomireew, Comptoir français du film • 90’(version française) / 105’ (version wolof) • 35 mm • F • Coul/Col • Int/Cast : Mamadou Gueye (dit Makhourédia Gueye), Younousse N’Diaye, Issa Niang, Serigne Sow, Medoune Faye, Moustapha Toure

sam. 13 – 20h15 - PT

home
LE MANDAT