Festival International du Film d'Amiens 2016
Contact
Newsletter
Partenaires - liens

LE TOMBEAU DES LUCIOLES

(Hotaru no aka)
Japon • 1988

Suite au bombardement de leur ville, deux enfants se retrouvent sans abri. Ils se réfugient dans un endroit illuminé par les lucioles.

Inspiré du vécu de l’écrivain Akiyuki Nosaka, Le Tombeau des lucioles fait figure d’exception dans la production du studio Ghibli, dont il s’agit du troisième film - ou deuxième, car il composait un double programme avec Mon voisin Totoro de Miyazaki, collaborateur de longue date de Takahata. Si la touche Ghibli, le studio créé par les deux amis, est évidente dans le chara-design et l’animation, jamais un de leur film n’a été (et ne sera) aussi sombre et désespéré que celui-ci. Sans spécialement porter de jugement sur la guerre, Le Tombeau de lucioles reste à hauteur des enfants, s’attachant à leur comportement dans un environnement radicalement déréglé. Extrêmement précise dans sa reconstruction historique et géographique (Takahata avait connu des bombardements), l’œuvre gagne toute sa force par sa propension au lacrymal poétique. Le cœur du spectateur est retourné par l’ambivalence des comportements, entre la quête de survie et le renoncement. Plus qu’à la fin de deux vies, on assiste à la fin d’un monde, bouleversé par l’incompréhension que cela engendre chez deux êtres fragiles laissés à eux-mêmes. Malgré sa beauté, ou à cause d’elle, Le Tombeau des lucioles est l’un des films les plus durs de l’histoire du cinéma. Mieux vaut prévoir les mouchoirs.

R/D : Isao Takahata • Sc : Isao Takahata • Ph/C : Nobuo Koyama, d’après la nouvelle de/From a short story by Akiyuki Nosaka • M/Ed : Takeshi Seyama • S : Yasuo Uragami • Mus : Michio Mamiya • Déc/AD : Nizô Yamamoto • P : Toru Hara • 89’ • 35mm • F • Coul/ Col

13 nov • 18h00 • Ciné St-Leu

home
LE TOMBEAU DES LUCIOLES