Festival International du Film d'Amiens 2016
Contact
Newsletter
Partenaires - liens

LES ENFANTS D’HIROSHIMA

(Genbaku no ko)
Japon • 1952

Sept ans après la bombe, Takako, une institutrice, revient à Hiroshima, sa ville natale. Là-bas, elle retrouve les quelques enfants de sa classe qui ont survécu.

En 1952, la censure américaine prend fin, elle interdisait entre autres la reproduction d’images de la catastrophe. Kaneto Shindô, lui-même enfant d’Hiroshima, décide de réaliser l’un des premiers films sur ce sujet difficile. La plaie est encore béante et le Japon se remet à peine de la défaite. L’heure n’est pas encore à la politique : c’est l’humain qui compte avant tout. Il faut se rapprocher de ceux qui souffrent alors que le Japon est tourné tout entier vers son redressement économique. Avec pudeur, il se demande simplement : comment peut-on vivre après la bombe atomique ? La force du film, au-delà de la fiction chargée d’émotion, c’est son aspect documentaire. Sept ans après la destruction de la ville, ses ruines nous apparaissent aussi comme celles de la société japonaise, et peut-être de l’âme humaine. Certains plans furent d’ailleurs utilisés dans Hiroshima mon amour par Alain Resnais, impressionné par le film.

R/D : Kaneto Shindô • Sc : Shinobu Hashimoto, Kaneto Shindô, d’après le roman/from a novel de/by Arata Osada • Ph/C : Takeo Itô • M/Ed : Yoshitama Imaizumi • S : Kenji Nagaoka • Mus : Akira Ifukube • Déc/AD : Dai Arakawa • Cos : Yorie Arada • P : Kôzaburô Yoshimura • 97’ • 35 mm • F • N&B/B&W • Int/Cast : Nobuko Otowa, Osamu Takizawa, Masao Shimizu

12 nov • 16h00 • Ciné St-Leu

home
LES ENFANTS D’HIROSHIMA