Festival International du Film d'Amiens 2016
Contact
Newsletter
Partenaires - liens

La Horde sauvage

(États-Unis, 1969, 145’)

Au sud du Texas, Pike Bishop et ses hommes s’apprêtent à attaquer les bureaux de la compagnie de chemin de fer. Mais Duke Thornton et ses chasseurs de primes les attendent au tournant. Un bain de sang se prépare.

Si beaucoup de choses ont été dites et écrites sur la Horde sauvage (jusqu’à la caricature : le ralenti, la violence, etc.), il est passionnant de revoir ce chef-d’oeuvre de l’histoire du cinéma à travers le prisme de la Révolution mexicaine. On connaît la forte relation qui unissait Sam Peckinpah au Mexique, un pays qui apparaît dans son oeuvre à la fois comme un paradis perdu et un refuge idéal. La Horde sauvage fut donc en partie tourné à Parras au Mexique, parce que ce lieu avait un lien direct avec la période de la Révolution mexicaine (c’est la ville de naissance de Francisco Madero et celle où Pancho Villa avait établi son quartier général en 1910). Mais le film, par sa morale désenchantée, semble porter le deuil de la révolution, de manière encore plus « romantique » que Richard Brooks dans Les Professionnels. Si une mélancolie parfois lyrique passe dans certains plans, elle est compensée par une sérénité inédite, une paix enfin possible (l’épisode du village mexicain). Peckinpah entretient le même rapport à cette période de l’histoire qu’avec le cinéma luimême  : il est là pour célébrer des formes et des idées disparues.

Signalons, dans le rôle du général Mapache, la présence du grand réalisateur mexicain Emilio Fernandez.

F.G.

R/D : SAM PECKINPAH
Sc : Walon Green, Sam Peckinpah • Ph/C  : Lucien Ballard • M/Ed : Lou Lombardo • S : Robert J. Miller • Mus : Jerry Fielding • Déc/AD : Edward Carrere • P : Phil Feldman • 145’ • 35 mm • F • Coul/Col • Int/Cast : William Holden, Robert Ryan, Ernest Borgine

18 nov • 19h00 • AD

home
La Horde sauvage