Festival International du Film d'Amiens 2016
Contact
Newsletter
Partenaires - liens

La Patrie perdue

CROATIE 1980

Le retour de nos personnages sur leur île native, à l’occasion de funérailles, ravive leurs lointains souvenirs. Au long de plusieurs flashbacks, ils se souviennent de leur enfance, de la période innocente qui a précédé la guerre, d’un monde à jamais disparu - sinon de leur mémoire. L’un d’entre eux se souvient de la succession de la comtesse Valeria, chez qui il vivait, et bientôt administrée par son père. Il se souvient de ce père égoïste, sournois, corrompu. Il se souvient d’un été lorsque Ines, la nièce de Valeria, leur avait rendu visite. Le film se compose d’une série d’images et de réflexions à travers lesquelles notre héros tente d’affronter son propre passé.

Le cinéma croate est marqué - marqué au fer rouge -par un passé qui a parfois du mal à passer ou à être dépassé. La mémoire et l’oubli comptent parmi les thèmes majeurs de cinéastes et de scénaristes qui travaillent les tours et les détours de l’inconscient individuel ou collectif. Pour que le pays se forge une Histoire, donc une identité, il doit faire face à son passé parfois sinistre ou tragique. C’était l’un des sujets du roman de Slobodan Novak dont le film est adapté.

R/D : ANTE BABAJA • Sc : Ante Babaja, Slobodan Novak d’aprè le roman de/from the novel by Slobodan Novak • Ph/C : Goran Trbuljak • M/Ed : Martin Tomic • S : Marijan Meglic • Mus : Andelko Klobucar, Claudio Monteverdi • Déc/AD : Stanislav Dobrina • P : Jadran film / Sulejman Kapic • 102’ • 35 mm • F • Coul/Col • Int/Cast : Nereo Scaglia, Zvonimir Crnko, Miljenko Mužic, Neda Spasojevic, Ines Fancovic, Ivo Gregurevic, Ante Vican, Miodrag Krivokapic, Marija Kohn

home
La Patrie perdue