Festival International du Film d'Amiens 2016
Contact
Newsletter
Partenaires - liens

Le Thé au harem d’Archimède

FRANCE 1985

Comme tous les matins, Josette, avant d’aller travailler, confie son fils à Malika qui l’enverra à l’école en même temps que ses propres enfants. Les plus jeunes, du moins. Madjid, l’aîné, lui, ne fait rien. Il passe son temps à traîner avec Pat, son inséparable ami. Longues stations au bistrot, déambulations aux alentours de la cité, virées à Paris, voilà l’essentiel de leurs occupations. Et puis, le soir, le groupe de copains, le monde à part dans les caves où il faut toujours être en alerte pour éviter les gardiens et leurs chiens. De temps en temps, le cinéma ou même un repas quand ils ont réussi à amasser un joli pécule. Car pour se faire de l’argent, Madjid et Pat ne manquent pas de combines.

Historiquement, Le Thé au harem d’Archimède s’impose à une période où l’échec du projet urbanistique des grands ensembles devient flagrant, et où l’insertion des peuples issus de l’histoire coloniale se complexifie. En évoquant dans un style naturaliste le quotidien d’une cité, ses difficultés sociales et économiques, le film sensibilise sur la place des immigrés en France. La « Cité », cet espace social pluriethnique, devient le sujet même du film. Un monde qui, comme un carcan, encercle les êtres et les confronte à la misère sociale, l’échec scolaire, le chômage, la délinquance ou le rejet des traditions familiales.

R/D : MEHDI CHAREF • Sc : Mehdi Charef d’après son roman/ from his novel • Ph/C : Dominique Chapuis • M/Ed : Kenout Peltier • S : Jean-Paul Mugel, Claude Villand • Mus : Karim Kacel • Déc/AD : Thierry Flamand • P : Costa-Gavras, Michèle Ray-Gavras • 110’ • 35 mm • F • Coul/Col • Int/Cast : Kader Boukhanef, Rémi Martin, Laure Duthilleul, Saïda Bekkouche, Nicole Hiss, Brahim Ghenaim, Nathalie Jadot, Frédéric Ayivi

home
Le Thé au harem d’Archimède