Festival International du Film d'Amiens 2016
Contact
Newsletter
Partenaires - liens

Mado

FRANCE / ALLEMAGNE / ITALIE 1976

Simon Léotard, un promoteur immobilier, se retrouve ruiné par Lépidon, un concurrent véreux. Ce dernier lui réclame le remboursement des traites qu’il a consenties à son associé Julien, qui vient de se suicider sans explication. Grâce à Mado, une jeune prostituée dont il tombe amoureux, Simon va pouvoir se venger de Lépidon.

Mado n’est pas un film parfait. Mado a connu plusieurs versions. Mado fut un tournage difficile. Mado a pour vedette une actrice inconnue. Mais Mado était le film qui tenait le plus au cœur de Sautet. Le secret du film réside dans la rime qui se fait entre son ouverture (les mains d’un homme s’enfoncent dans la chair d’une femme nue — ils font l’amour) et son épilogue dantesque sous la pluie, dans la boue, les voitures et les vies s’y enlisant. Le fait que Dabadie ne soit pas au scénario ajoute sans doute à sa noirceur. Car c’est la vénalité qui semble dicter tous les comportements, depuis les amours tarifées jusqu’à la corruption des promoteurs immobiliers. La pudeur de Sautet vole en éclats, laissant place à l’érotisme comme salut de vies embourbées. Face à la volupté picturale d’Ottavia Piccolo, le portrait d’une Romy Schneider alcoolique, symbole d’une beauté défaite, sonne comme un contrepoint tragique.

R/D : CLAUDE SAUTET • Sc : Claude Sautet, Claude Néron • Ph/C : Jean Boffety • M/Ed : Jacqueline Thiédot • S : Jean-Pierre Ruh • Mus : Philippe Sarde • Déc/AD : Pierre Guffroy • P : André Génovès • 135’/121’ • 35 mm • F • Coul/Col • Int/Cast : Michel Piccoli, Ottavia Piccolo, Romy Schneider, Jacques Dutronc, Charles Denner, Julien Guiomar, Michel Aumont, Bernard Fresson, Jean Bouise, Claude Dauphin, Jean Bouise, Jean-Paul Moulinot

home
Mado