Festival International du Film d'Amiens 2016
Contact
Newsletter
Partenaires - liens

Mains crinimelles

Mexique – 1950

Le charlatan Jaime Karín se fait passer pour un astrologue, afin d’escroquer les clientes fortunées du salon de beauté où travaille sa femme. Grâce à elle, il apprend que le millionnaire Vittorio Romano est mort peu de temps après avoir appris les infidélités de son épouse…
Mains criminelles est l’un des films noirs les plus aboutis du cinéma mexicain. Il se situe dans une époque sans espoir, celle de l’immédiate après-guerre, dans un pays qui bien que non-engagé directement dans le conflit, en a subi le contrecoup économique et social. En résultent un désenchantement et une perte des valeurs traditionnelles que l’on retrouve dans le film.
Le scénario, adapté d’une nouvelle de Luis Spota, grand auteur mexicain de romans noirs, situe son action en milieu urbain et porte toutes les caractéristiques du genre : personnages tourmentés ou manipulateurs, faux coupables ou vrais criminels, hommes ou femmes tortueux comme ses ruelles mal famées ; tels des ombres essayant de survivre de manière frauduleuse. Le sujet avait tout pour plaire à Roberto Gavaldón, grand amateur de mélodrames mais fasciné par les ambiances et récits du film noir américain. À signaler l’interprétation toute en nuances d’Arturo de Cordoba en homme pris dans la toile d’araignée d’une veuve noire ! Et bien sûr la direction de la photo d’Alex Phillips maîtrisant à l’envie les univers de la grande ville.

J.-P.G.

R/D : Roberto Gavaldón • Sc : Roberto Gavaldón, José Revueltas d’après l’histoire de/from a story by Luis Spota • Ph/C : Alex Phillips • M/Ed : Charles L. Kimball • S : James L. Fields • Mus : Raul Lavista • Déc/ AD : Francisco Marco Chillet • P : Oscar J. Brooks, Felipe Mier • 90’ • 35 mm • F • N&B/B&W • Int/Cast : Arturo de Córdoba, Laticia Palma, Ramón Gay

lun. 14 – 20h00 – AD...................................Mex

home
Mains crinimelles