Festival International du Film d'Amiens 2016
Contact
Newsletter
Partenaires - liens

Monrak transistor (2001)

Thaïland - 2001

Pen est dans une cellule de prison. Un gardien entreprend de nous raconter son histoire, celle d’un jeune garçon amoureux de Sadao et qui malgré les admonestations du père de la jeune femme finira par s’épouser. Pen lui offrira un transistor en guise de cadeau de mariage. Sadao enceinte, Pen doit pourtant partir à l’armée...

Un premier plan très composé dans lequel l’action proprement dite se déroule en profondeur de champ. On y devine une discussion mouvementée. Puis un gardien de prison prend la parole face caméra, se proposant de nous narrer l’histoire de Pan : « la vie est imprévisible » conclura-il. Ce que le film ne cessera de vérifier et de mettre en scène. Monrak transistor, troisième film de Pen-ek Ratanaruang, le fera connaître, via les festivals, hors de son pays. C’est à la fois un hommage aux chansons populaires, au cinéma thaï des années 60, invisible en dehors de la Thaïlande, et un grand mélo « sucré salé » mâtiné de comédie musicale et de romance amoureuse. S’y glissent en contrebande quelques éléments discrets sur la situation socio-politique d’un pays autrefois riant sous le nom de Royaume de Siam et aujourd’hui asservi à l’occidentalisation. Les films de Ratanaruang sont des territoires filmiques inattendus. Celui-ci emprunterait au cinéma de Bollywood (le cinéma indien populaire) pour progressivement nous entraîner vers un récit d’initiation, Pan découvrant l’envers de son rêve d’amour et de gloire. Le récit devient alors plus sec, passant allègrement du mélo à la tragédie. Pan se retrouve entre deux eaux, entre deux univers, comme semble l’indiquer ce plan (récurrent chez Pen-ek Ratanaruang) de l’homme nageant en profondeur, naviguant à la dérive. Et pourtant, la chanson interprétée devant sa femme, venue le retrouver en ville après une si longue absence, exprimera sans qu’il s’en rende compte la vérité de sa situation présente et à venir. Celle d’un rêve déchu.

G.L.

R/D : Pen-ek Ratanaruang • Sc : Pen-ek Ratanaruang d’après le roman de/from the novel by Wat Wanlayangkoon • Ph/C : Chankit Chamnivikaipong • M/Ed : Patamanadda Yukol• S : Amornbhong Methakunavud• Mus : Amornbhong Methakunavud, Chartchai Pongprapapan • Dec/AD : Saksiri Chantarangsri • Cos : Sombatsara Teerasaroch • P : Duangkamol Limcharoen, Nonzee Nimibutr • 110’ • 35 mm • F • Coul/Col • Int/Cast : Supakorn Limcharoen, Siriyakorn Pukkavesh, Black Phomtong, Somlek Sakdikul, Porntip Papanai, Ampon Rattanawong, Prasit Wongrakthai, Chartchai Hamnuansak

home
Monrak transistor (2001)