Festival International du Film d'Amiens 2016
Contact
Newsletter
Partenaires - liens

NICHOLSON, Jack

(1937)

Acteur le plus prolifique du Nouvel Hollywood, il met son inimitable sourire carnassier et son magnétique regard de saurien aux sourcils en accent circonflexe au service d’une galerie de libertaires ou de déséquilibrés. Il n’est pas issu de l’Actors Studio et n’a pas la palette de jeu limitée d’un Robert De Niro ou d’un Al Pacino, cantonnés dans des fictions contemporaines (il est crédible dans tous les genres et à toutes les époques). C’est dans les films à petit budget réalisés par Roger Corman qu’il fait ses débuts comme comédien (La Petite boutique des horreurs/The Little Shop of Horrors, 1960 ; Le Corbeau/The Raven, 1963 ; L’Affaire Al Capone/The St. Valentine Day Massacre, 1966) mais aussi comme scénariste (The Trip, 1967, déjà avec Peter Fonda et Dennis Hopper). Après une collaboration, au scénario et devant la caméra, aux deux westerns de Monte Hellman (L’Ouragan de la Vengeance/Ride the Whirlwind, 1967 ; La Mort tragique de Leland Drum/The Shooting, 1967), il devient une vedette grâce à l’énorme succès d’Easy Rider (Hopper, 1969), aux côtés d’Hopper et de Fonda, pour lequel il est pour la première fois cité à l’Oscar du meilleur second rôle (il le sera de nouveau pour Reds, Warren Beatty, 1981). Il complète ses activités d’acteur et de scénariste en réalisant Flight to Fury (1967), Vas-y fonce/Drive, He Said (1971) et En route vers le Sud/Goin South (1979). Il est l’acteur fétiche de Bob Rafelson (Head, 1968 ; Cinq pièces faciles/Five Easy Pieces, 1970 ; The King of Marvin Gardens, 1972 ; Le Facteur sonne toujours deux fois/The Postman Always Rings Twice, 1981) et de Mike Nichols (Ce plaisir qu’on dit charnel/Carnal Knowledge, 1971 ; La Bonne Fortune/The Fortune, 1974). Cité à l’Oscar du meilleur acteur pour Cinq pièces faciles, La Dernière Corvée/The Last Detail (Hal Ashby, 1973, pour lequel il obtient également le prix d’interprétation au Festival de Cannes) et Chinatown (Roman Polanski, 1974), il remporte la prestigieuse statuette pour sa composition à la fois naturelle et allumée du patient rebelle de Vol au-dessus d’un nid de coucou/One Flew Over the Cuckoos Nest (Milos Forman, 1975). Dirigé par les piliers de l’Actors Studio (Missouri Breaks, Arthur Penn, 1976 ; Le Dernier Nabab/The Last Tycoon, Elia Kazan, 1976), il travaille également pour le cinéma d’auteur européen (Profession : Reporter/Professione reporter, Michelangelo Antonioni, 1974). L’acteur devient un véritable monstre sacré et son visage un célèbre masque horrifique suite à son interprétation stylisée de l’écrivain psychopathe de Shining (Stanley Kubrick, 1980).

home
NICHOLSON, Jack