Festival International du Film d'Amiens 2016
Contact
Newsletter
Partenaires - liens

PAROLE DE PÊCHEURS

Dimanche 16 novembre • 14h00 • Gaumont 2

Paroles de pêcheurs est une série de cinq films consacrés à la vie et au travail des hommes et des femmes de la Baie de Somme. Les deux premiers opus : Eul pêc à hénons (La Pêche aux coques) et Ché ramasseux (Les Ramasseux), furent présentés au FIFAM en 2011 et 2012. Eul’ pec à hénons nous fit découvrir, en 2013, des personnages qui allaient devenir, si ce n’est familiers tout au moins récurrents, au long des oeuvres suivantes. Ainsi, ce sont eux qui ouvraient le second volet et posaient, en quelques formules bien assénées un regard lucide sur leur monde et leur propre condition. Le troisième volet nous approchait encore plus de l’océan, de la Manche. Dans La Forêt des bouchots, corps et vagues mêlés construisent des barrières naturelles offertes à la vie marine : barrières de bois semblant d’éphémères oeuvres d’art. Nous voilà en 2014 arrivés au coeur même de la grande salée, avec Ché Sautrelleux - Pêcheurs de crevettes, qui nous invitent à bord de l’esquif de Henri Derosière, dit "Bébé", le temps d’un portrait sincère et humaniste au sein duquel l’intime côtoie l’immensité.

CHÉS SAUTRELLEUX – PÊCHEURS DE CREVETTES
FRANCE 2014

Un homme s’affaire à repeindre un bateau échoué sur la plage du Crotoy. Tous les ans, de la quille au grand mât, le dix mètres de Henri Derosière (dit Bébé) est refait à neuf. L’esquif est le dernier en date d’une série de bateaux qui lui ont permis de sillonner la Baie de Somme, en quête de crevettes. Chés Sautrelleux est le quatrième épisode d’un ensemble dédié aux hommes et femmes de la Baie produit par Jean-Michel Noirey et Dominique Cherprenet.

Les premiers films de la série mettaient en valeur le lien quasi charnel avec les éléments au travers de gestes répétés de génération en génération. Le dernier exprime le sens même de ces existences, depuis l’adolescence jusqu’à un âge adulte. Rarement, il nous aura été si clairement donné à voir que l’homme est un être de passage. À l’image du ressac des vagues sur la grève, une vie s’y écoule, remplacée par une autre, de père en fils, seuls les surnoms subsistent - un temps - dans les souvenirs égrenés devant le Christ des pêcheurs. La Baie est la matrice de leur existence. Jean-Michel Noirey a capté, une fois de plus les différentes facettes de ce métier saisonnier, de cette pratique consistant à ramasser “les sauterelles” : soit à pied en poussant devant soi un filet tendu sur un long manche en bois, soit en allant les chercher en bateau à l’embouchure de la Somme, entre sables et océan. Le ton est vif et pertinent, avec la lucidité franche et drôle des êtres qui ont passé leur vie à tutoyer les éléments. L’histoire est belle, simple et humaine. Elle tiendrait, pour peu, du conte philosophique.
Jean-Pierre Garcia

A man paints over a stranded boat on the beach of crotoy. Every year the boat is painted anew to sail trough the “Baie de Somme”.

R/D : JEAN-MICHEL NOIREY • Ph/C : Jean-Michel Noirey • M/Ed : Jean-Michel Noirey • S : Dominique Cherprenet • Mus : Jean-Michel Noirey • P : Jean-Michel Noirey, Dominique Cherprenet • 52’ • Num • Doc Contact : Des jours et des nuits

home
PAROLE DE PÊCHEURS