Festival International du Film d'Amiens 2016
Contact
Newsletter
Partenaires - liens

Projets Afrique

Un homme va mourir / Guinée Conakry
de Mama Keïta
Produit par Kinterfin (Mama Keïta, France)
Conakry. Une adolescente, fille d’un haut responsable de l’Ambassade américaine, est violée au cours d’un cambriolage. Le fait-divers devient une affaire d’État. Les quatre coupables sont arrêtés. Le violeur est passible de la peine de mort. Au terme d’une enquête, dont est témoin une journaliste américaine, un homme va mourir. Lequel des quatre agresseurs ?

Un pas derrière le soleil / Maroc
de Narjiss Najar
Produit par La Prod (Lamia Chraibi, Maroc)
Un fils d’immigré parfaitement intégré en France conduit son père malvoyant finir ses jours au Maroc. Ne pouvant se charger de lui, la famille marocaine propose de le marier. Pour Le père, c’est un espoir et une raison de voir à nouveau. Pour le fils, c’est une infamie. Pour Hénia, à l’enfance volée et apatride, c’est l’espoir de retrouver sa famille déchirée par l’histoire depuis que l’Algérie a jeté en 1975, 40 000 Marocains hors de ses frontières.

Mami Wata / Tchad
de Askia Traoré
Quelque part en Afrique de l’Ouest. Deux cadavres mutilés gisent sur une plage. Les élections approchent, la psychose gagne la population, on accuse les étrangers, certains parlent de sorcellerie. Issa, un policier de quarante ans est chargé de l’enquête. Il se relève à peine d’un drame personnel, cartésien et brillant il doit trouver les coupables avant la fin de la campagne électorale. Il va rencontrer Imani, femme mystérieuse qui se baigne toute les nuits dans la mer.

L’Homme qui a vendu sa peau / Tunisie
de Kaouther Ben Hania
Produit par Sister Productions (Julie Paratian, France)
Sam Ali, jeune Syrien récemment réfugié à Dubaï, accepte la proposition d’un célèbre artiste contemporain américain de lui tatouer un visa Schengen sur le dos. Il passe alors du statut de vulgaire "sans papiers" à celui d’une œuvre d’art internationalement désirée, pouvant ainsi circuler librement pour retrouver sa bien-aimée. Du Louvre aux galeries new-yorkaises en passant par le royaume de Copenhague, Sam Ali parcourt le monde, entre désir d’émancipation et aliénation à de nouveaux démons.

home
Projets Afrique