Festival International du Film d'Amiens 2016
Contact
Newsletter
Partenaires - liens

RÉCIT D’UN PROPRIÉTAIRE

(Nagaya shinshiroku)
Japon • 1947

Dans le Japon d’après-guerre, un enfant perdu est recueilli par une veuve acariâtre. Elle se prend d’affection pour lui

La vieille femme et l’enfant. La famille, pierre angulaire du cinéma d’Ozu, ici réduite à sa portion la plus congrue, est encore une fois l’argument principal de ce Récit d’un propriétaire situé au cœur d’un Tokyo d’après-guerre dépouillé. Une famille reconstruite dans une époque de reconstruction. Ni mélodrame, comme les Ozu muets, ni drame familial intime et complexe, comme les chefs-d’œuvre tardifs, il tire à fond sur la corde sensible, avec toute l’élégance qui caractérise sa mise en scène au ras-du-sol, au plus près des êtres. Quant au gamin du moment, il rappelle ceux d’Une auberge de Tokyo (1935) et annonce ceux de Gosses de Tokyo (1932) et d’Une auberge à Tokyo (1935). Comme si chez Ozu, le regard de l’enfance, de celui qui survit, de celui qui souffre, primait sur tout, en innocent point de repère permettant l’analyse du temps qui passe chère au cinéaste. Dans ce grand film bouleversant, à la fois typique d’Ozu et sensiblement différent, on croise aussi l’acteur fétiche du réalisateur : Chishu Ryu. Comme d’habitude, on se sent en famille. On se sent bien, au delà de la guerre et des différences culturelles. Car Ozu est universel.

R/D : Yasujirô Ozu • Sc : Tadao Ikeda, Yasujirô Ozu • Ph/C : Yûharu Atsuta • M/Ed : Yoshi Sugihara • S : Yoshisaburô Senoo, Rokusaburô Saitô • Mus : Ichirô Saitô • Déc/AD : Tatsuo Hamada • P : Mitsuzô Kubo • 72’ • 35mm • F • N&B/B&W • Int/Cast : Chôko Ida, Hôhi Aoki

18 nov • 16h00 • Petit théâtre, MCA

home
RÉCIT D’UN PROPRIÉTAIRE