Festival International du Film d'Amiens 2016
Contact
Newsletter
Partenaires - liens

RITES D’AMOUR ET DE MORT

(Yûkoku)
JAPON 1966

Dernier jour du Lieutenant Shinji Takeyama et de son épouse Reiko. N’ayant pu participer au coup d’état du 26 février 1936 mené à Tokyo par des officiers. Le lieutenant se considéra déshonoré, et décida alors de se faire harakiri.

Adapté de sa propre (et magnifique) nouvelle Patriotisme, Rites d’amour et de mort, moyen métrage d’une beauté tranchante, est l’unique réalisation de Yukio Mishima. Il met en scène, sur fond de tourmente politique, un « Shinju » : seppuku amoureux, où les deux amants se donnent la mort.

Le 25 novembre 1970, Mishima mettra lui-même en scène sa mort comme une protestation politique, un seppuku spectaculaire (éventration puis décapitation, selon une tradition séculaire). Le film prend évidemment une autre dimension, celle d’un présage, d’un augure, d’une vision de l’avenir, dont la réalité proposerait le terrible remake. Pour ne pas troubler l’ordre public après le scandale de sa mort, la veuve de l’auteur du Tumulte des flots voulut faire disparaître le film. Il resta invisible jusqu’en 2005, lorsque par miracle on en retrouva un négatif dans une boîte à thé.

Tourné clandestinement durant deux nuit, Rites d’amour et de mort met en scène l’écrivain dans un accès de sublime narcissisme, et s’impose comme l’une des œuvres les plus captivantes du Japon moderne. Son noir et blanc muet rappelle tout autant le Chant d’amour de Genet que la scénographie du théâtre Nô.

Two characters on a Noh stage dramatize the rite of love and death of Lieutenant Shinji Takeyama and his wife Reiko.

R/D : YUKIO MISHIMA • Sc : Yukio Mishima • Ph/C : Kimio Watanabe • Déc/AD : Yukio Mishima • P : Hiroaki Fuji, Yukio Mishima • 30’ • 35mm • F • N&B/B&W • Int/Cast : Yukio Mishima, Yoshiko Tsuruoka

17 nov – 22h00 – Cinéma Orson Welles (MCA)

home
RITES D’AMOUR ET DE MORT