Festival International du Film d'Amiens 2016
Contact
Newsletter
Partenaires - liens

THE MOON AND SIXPENCE

États-Unis • 1942

Un écrivain se souvient de ses rencontres avec Charles Strickland, qui a tout quitté pour son consacrer à son art.

Pour sa première réalisation, vingt ans après son entrée dans l’industrie, Lewin porte à l’écran le Gauguin réinventé par Somerset Maugham, portrait d’un homme dévoré par sa passion, jusque dans sa chair. Et, fait extraordinaire dans les annales hollywoodiennes, ce dernier va se déclarer très satisfait du résultat, louant l’intelligence du cinéaste. Ce galop d’essai témoigne de l’exigence de Lewin, faite de raffinement et de provocation. Il inaugure son thème de prédilection, l’emprise de l’art, et les plans de peintures en couleurs, dispositif ici atténué par le passage en sépia à mi-métrage (hommage au muet ?) et par l’utilisation de la bichromie (Cinecolor) pour la “révélation”. Le choc noir et blanc /Technicolor trichrome sera plus radical dans les films suivants. Quant au cynique George Sanders, longtemps employé en justicier dans les séries du Saint et du Faucon, il déploie via Charles Strickland, tout aussi arriviste que Bel Ami, sa vraie persona cinématographique. Malgré son sujet difficile, The Moon and Sixpence, production indépendante de l’éphémère compagnie créée par Lewin et David L. Loew, restera le film le plus rentable du cinéaste. Et un spectacle captivant.

R/D : Albert Lewin • Sc : Albert Lewin, d’après le roman de/from the novel by W. Somerset Maugham • Ph/C : John F. Seitz • M/Ed : Richard L. Van Enger • S : Ferrol Redd • Mus : Dimitri Tiomkin • Déc/AD : Gordon Wiles, Frank Paul Sylos • Cos : Albert Denao • P : David L. Loew, Stanley Kramer • 89’ • 35mm • F • N&B/B&W • Int/Cast : George Sanders, Herbert Marshall

16 nov • 11h00 • Petit théâtre

home
THE MOON AND SIXPENCE