Festival International du Film d'Amiens 2016
Contact
Newsletter
Partenaires - liens

TROIS COURTS, TROIS LUMIÈRES

Rui Poças a cette grande qualité de ne pas faire la distinction entre le court et le long métrage. À ses yeux, un film est un film, et chaque projet a sa durée naturelle. Il n’y a pas chez lui le snobisme largement répandu pour le format court (le court métrage, au moins en France, étant majoritairement ignoré par la critique institutionnelle). Son œuvre compte de nombreuses collaborations, et qui passent les frontières portugaises, pour travailler par exemple en France ou en Argentine (avec le beau court métrage La Piel d’Ezequiel Yanco). Nous avons choisi, pour ce programme de courts métrages, trois films très différents, à la fois dans leur dispositif, leur imaginaire, mais encore dans leur mode de récit, leur technique ou leur lumière.
Moyen métrage français réalisé en super 16 mm par Frank Beauvais, La Guitare de diamants avait été sélectionné à Amiens en compétition. C’est donc l’occasion de redécouvrir, à travers le prisme de la photographie, la sérénité pastorale d’une image qui rappelle, par sa durée épanouie, les peintres bucoliques. Autre univers, celui de Ce que mon amour doit voir qui, dans un dispositif plus expérimental (François Bonenfant travaille au Fresnoy), crée une sorte de chanson visuelle : un même plan d’un jeune homme, sur les toits de Lisbonne, nous donne les nuances et les variations d’une histoire d’amour. Quant à Segredo de matar, il s’agit d’un clip musical très spécial, puisque la commande est quelque peu détournée (la chanson intervenant par intermittence), pour créer un huis clos féérique, à l’esthétisme dandy. Le réalisateur n’est autre que Carlos Conceição, adopté par le FIFAM à travers le dispositif Pygmalion. Trois films donc, trois manières de voir et de (re)faire le cinéma.

FG



LA GUITARE DE DIAMANTS
France • 2009

Henry, un chanteur folk américain d’une trentaine d’années, débarque dans un village isolé. Il fait la connaissance de Cécile, une chanteuse amateur.

R/D : Franck Beauvais • Sc : Franck Beauvais, Salvatore Lista • Ph/C : Rui Poças • M/Ed : Thomas Marchand • S : Philippe Grivel • Mus : Matt Bauer • P : Justin Taurand • 35’ • Super 16mm • F • Coul/Col • Int/Cast : Matt Bauer, Manuela Peschmann, Léo Massy, Hubert Holweck

17 nov • 14h30 • Cinéma Orson Welles


CE QUE MON AMOUR DOIT VOIR
France/Portugal • 2013

Trois séquences, distinctes et franches, comme trois étapes de l’amour : l’amour que l’on cherche, l’amour qui se donne et l’amour qui s’en va pour grandir.

R/D : François Bonenfant • Sc : François Bonenfant • Ph/C : Rui Poças • M/Ed : Mathias Bouffier • S : Vasco Pimentel • P : François Bonenfant • 11’ • F • Coul/Col • Int/Cast : João Vieira Torres

Photo : © François Bonenfant

17 nov • 14h30 • Cinéma Orson Welles



SEGREDO DE MATAR
Portugal • 2014

Ils vont se dire adieu dans une chambre d’hôtel. Le temps est venu pour eux de séparer leur chemin. Il ne sait pas comment expliquer ses sentiments, il va donc faire écouter une chanson à la fille qu’il aimait.

R/D : Carlos Conceição • Sc : Carlos Conceição • Ph/C : Rui Poças • M/Ed : Carlos Conceição • S : Nuno Carvalho, Carlos Conceição • Mus : Mundo Cão • P : Carlos Conceição • 9’ • F • Coul/Col • Int/Cast : Anabela Moreira, João Arrais

17 nov • 14h30 • Cinéma Orson Welles

home
TROIS COURTS, TROIS LUMIÈRES