Festival International du Film d'Amiens 2016
Contact
Newsletter
Partenaires - liens

WILD BOYS OF THE ROAD

(États-Unis, 1933, 68’)

- 

Quand leurs parents subissent de plein fouet la Grande Dépression de 1929, des adolescents s’enfuient de trains de marchandises en camps de fortune.

Dans la foulée de Héros à vendre (Heroes for Sale, 1932), Wellman livre un autre accès de nervosité de sa productive période Warner des années trente, socialement engagée et débordante d’énergie. Court, intense, Wild Boys of the Road ne perd pas de temps : dès le début, le verni du rêve américain se craquelle lors d’une séquence de déclassement s’attaquant aux sacro-saints bals étudiants. Suivront le gâteau familial et la voiture, symboles également sacrifiés. La palette créative de Wellman (mouvements abrupts, hors champs violents, caméra dans l’action) façonne un beau trio de personnages navigant à vue, à la frontière des âges, des genres et des émotions, palpables. Autour d’eux, sans musique, vit une marée multicolore de jeunes jetés sur les routes, en butte au monde des adultes. Sauf exception (Ward Bond, fidèle de Ford), ceux-ci conservent raison et humanité malgré l’horreur de certaines situations systémiques, comme cette sélection au jugé des gamins alignés, dirigés vers les cases prison, travail ou… hôpital. C’est que Roosevelt est depuis huit mois l’hôte de la Maison-Blanche. Le New Deal naissant demande de l’optimisme. Pourtant, comme le dit Jean-Pierre Coursodon « Wild Boys of the Road se rapproche, plus peut-être qu’aucun autre film, d’un constat d’échec du système capitaliste ».

- 

R/D : WILLIAM WELLMAN • Sc : Earl Baldwin, Daniel Ahern • Ph/C : Arthur L. Todd • M/Ed : Thomas Pratt • Mus : Bernhard Kaun • Déc/AD : Esdras Hartley • P : Robert Presnell Jr • 68’ • 35mm • F • N&B/B&W • Int/Cast : Frankie Darro, Edwin Phillips, Dorothy Coonan, Rochelle Hudson, Sterling Holloway

- 

- Sam. 09 • 16h45 • PT
- Mer. 13 • 16h45 • PT

home
WILD BOYS OF THE ROAD