- Algérie, 1962-2002 : le cinéma des femmes,
la femme au cinéma -

Chronique des années de braise

Algérie - 1975

The story follows a peasant’s migration from his drought-stricken village to his eventual participation with the Algerian resistance movement, just prior to the outbreak of the Algerian War of Independence.


Un paysan acculé à la pauvreté, Ahmed, quitte son village dans l’espoir de trouver une vie plus facile en ville. Il rencontre Milhoud, un fou visionnaire, et côtoie la misère et l’injustice. Puis, la Deuxième Guerre mondiale éclate et la famille d’Ahmed est emportée par une épidémie de typhus. De retour dans son village avec son seul fils rescapé, Smaïd, Ahmed est écœuré par l’opulence dans laquelle vivent les colons. Un jour, il détruit un barrage afin de répandre l’eau sur les terres des paysans affamés. La répression s’abat. Ahmed est enrôlé dans l’armée pour faire la guerre en Europe. À son retour au pays, il assiste à la naissance de la résistance, et se range aux idées de Si Larbi, militant révolutionnaire qui prêche la révolte. Les élections de 1947 se concluent dans un bain de sang. Larbi est tué et Ahmed envoyé au bagne. Il parvient bientôt à s’évader, et se voit reconnu comme héros national ; mais il meurt peu de temps après, tué par les soldats qui le pourchassaient. Cependant, l’heure de la Libération a sonné. Le prophète Milhoud expire en léguant au fils d’Ahmed la mémoire populaire. Et Smaïd court vers l’avenir de son pays libre.

R/D : Mohamed Lakhdar Hamina • Sc : Mohamed Lakhdar Hamina, Tewfik Farès, Rachid Boudjedra • Ph/C : Marcello Gaitti • Mus : Philippe Arthuys • P : ONCIC (Office national algérien pour le Commerce et l’Industrie cinématographiques) • 175’ • 35 mm • F • Coul/Col • Int/Cast : Georges Voyagis, Leila Shenna, Mohamed Lakhdar Hamina, Cheik Nourredine, Larbi Sekkal, Hassan Hassani, Sid Ali Kouiret, François Maistre

Omar Gatlato

Algérie - 1976

A young man wryly tells the story of a typical day in his life in the Bab el-Oued quarter of Algiers, while the camera playfully shows a different story. In following Omar and his friends in their pursuit of happiness, the film examines with shrewd humor the gang values of urban youth; their passion for popular culture, their hidden fear of women, and their social insecurity in an environment where they are marginalized.


Jeune banlieusard de la cité de Climat de France, sur les hauteurs de Bab El Oued, Omar travaille au service des fraudes et passe ses heures de loisirs avec les copains. Comme eux tous, il rêve aux femmes, qu’il mythifie à défaut de les approcher dans la réalité.
Omar a une grande passion pour la musique populaire et les films indiens. Il possède un magnétophone portatif et son passe-temps favori consiste à enregistrer des chansons chaabi au cours de soirées, ou à se rendre dans les cinémas où passent des films indiens pour en enregistrer les chansons. Un soir, au retour d’une veillée dans un mariage, il est agressé par un groupe de voleurs qui lui dérobent son enregistreur. La perte de cet appareil constitue une rupture brutale dans sa vie tranquille. Moh Smina, un des ses copains, mi-fonctionnaire, mi-trafiquant, lui procure un nouvel appareil – avec, en prime, une cassette prétendument vierge mais qui a, en fait, enregistré les confidences d’une jeune femme.

R/D : Merzak Allouache • Sc : Merzak Allouache • Ph/C : Smaïl Lakhdar Hamina • M/Ed : Moufida Tlatli • S : Kamel Mekesser • Mus : Ahmed Malek • P : ONCIC • 90’ • 35 mm • F • Coul/Col • Int/Cast : Boualem Bennani, Azziz Degga, Farida Guenaneche, Rabah Bouchtal, Rabah Lechaa, Krimo Baba Aïssa, Arezki Nebti

 


Nahla

Algérie - 1979

Set against the background of civil war, the film charts the story of an Algerian journalist who is involved with three very different women – a singer, a journalist and a Palestinian activist. Played out in Liban in 1970, the film tackles the confusion that stems from civil conflict and confronts questions of global importance by focusing on the different fortunes of these three women and, in particular, the personal journey of the journalist.


Beyrouth, janvier 1975. Après la bataille de Kfar Chouba, un jeune journaliste algérien, Larbi, est emporté dans le tourbillon des événements qui précèdent la guerre civile. Il sympathise avec un autre journaliste, Maha, une activiste palestinienne, Hind, et Nahla, chanteuse d’origine palestinienne qui est en train de devenir une vedette, sinon un mythe vivant, et dont la voix berce la population arabe tandis que le Liban explose sous les bombes. Un soir, sur la scène du Picadilly où la bourgeoisie libanaise est venue saluer son triomphe, Nahla perd sa voix.
Produit pour la télévision, Nahla n’en affiche pas moins des ambitions cinématographiques. Le film fut salué à sa sortie comme l’une des œuvres les plus importantes et les plus abouties du cinéma algérien.

R/D : Farouk Beloufa • Sc : Farouk Beloufa, Rachid Boudjedra • Ph/C : Allel Yahiaoui • M/Ed : Moufida Tlatli • S : Kamel Mekesser • P : Radio télévision algérienne • 140’ • 35 mm • F • Coul/Col • Int/Cast : Yasmine Khlat, Lina Tebbara, Nabila Zitoumi, Youcef Salah, Roger Assaf, Fayek Hamissi, Ahmed Mehrez

 


Un toit, une famille / Saqt Wa’Aila

Algérie - 1982

A young man, who is to be married to the postman’s daughter, is confronted by the housing shortage as he tries to find an apartment for him and his future wife.


Sélim Mechoubine, jeune homme de vingt-huit ans, est l’aîné d’une nombreuse famille. Dans le logement exigu qu’il partage avec ses parents, ses frères et ses sœurs, il occupe la cuisine, refuge de ses rêves et de ses nombreux fantasmes. Au tribunal où il exerce comme greffier, sa fonction lui permet d’assister aux débats passionnés que suscitent les cas de divorce. Sélim mène une vie sereine et tranquille sans rien savoir de ce qui se trame du côté de ses parents. Pressée de le marier, sa mère se livre à de patientes et savantes prospections. Lors d’une discussion avec le facteur du quartier, « heureux » père de six filles, elle finit par lui trouver une fiancée. Un accord est conclu entre les deux familles. Mais il n’est viable qu’à une condition : le couple devra habiter seul. Sélim se trouve maintenant réellement confronté au problème de la crise du logement. Dès lors, il entame une éprouvante série de démarches pour trouver la seule chose qui conditionnera, croit-il, son bonheur.

R/D : Rabah Laradji • Sc : Rachid Benalel • Ph/C : Sid Ali Halo • M/Ed : Rachid Benalel • S : Rachid Bouafia • Mus : Ahmed Malek • P : ONCIC • 110’ • 35 mm • F • Coul/Col • Int/Cast : Fawzi Saïchi, Yahya Benmebrouk, Amina Medjoubi, Ahmed Benaissa

Vent de sable / Riah Al Rami

Algérie - 1982

In a palm grove in the middle of the desert, the locals spend most of their time reparing the damage wreaked by the frequent storms. Only blind Abbas doesn’t take part. Instead he reminds the locals of the futility of trying to struggle against the natural elements. In the meantime, Amara’s wife gives birth to her eighth baby girl. To her husband, the fact that the child is beautiful and healthy cannot make up for the misfortune of not having a son. Amara disowns his wife in a fit of jealousy and hatred and finds a way of getting his revenge.


Une palmeraie en plein désert. Régulièrement, le simoun souffle la tempête et ravage tout sur son passage. La principale activité des habitants de la palmeraie consiste donc à réparer constamment les dégâts en répétant les mêmes gestes millénaires. Une seule personne ne participe plus à cette activité, c’est Abbas l’aveugle. Sorte de prophète à l’écart de la communauté, il rappelle périodiquement aux hommes la fatalité et l’inanité de cette lutte contre les éléments. Et la poignée de sable qu’il lance comme un défi au ciel annonce chaque fois une nouvelle tempête. Parallèlement, la femme d’Amara accouche d’une huitième fille et cette naissance va déclencher le drame. Amara ne supporte pas la malédiction que symbolise aux yeux de tous la venue de cette huitième fille. Pour lui, huit belles petites filles en bonne santé ne peuvent faire oublier le malheur de n’avoir pas de fils ; même un fils infirme comme celui de son frère et de sa belle-sœur Roguia aurait plus de valeur que toutes ses filles. Cette nouvelle déception le laisse amer et plein de jalousie. Après avoir battu et répudié sa femme, Amara tourne cette jalousie contre Roguia, dont la beauté exerce sur lui une attirance mêlée de haine. L’arrivée du troubadour Hafnaoui, qui se déplace de palmeraie en palmeraie pour dispenser l’espoir en poèmes, lui permettra de concrétiser une terrible et inutile vengeance.

R/D : Mohamed Lakhdar Hamina • Sc : Mohamed Lakhdar Hamina • Ph/C : Youcef Sahraqui • M/Ed : Youcef Tobni • S : Kamel Mekasser • Mus : Philippe Arthuys • Dec/AD : Mohammed Kessai • P : RTA, ONCIC • 100’ • 35 mm • F • Coul/Col • Int/Cast : Leila Shenna, Albert Minski, Nadia Talbi, Nadir Beguedih, Himoud Brahimi, Hadja, Merwan Lakhdar Hamina

Films suivants >>>>